Les cendres d’Angela de Frank McCourt

519ipG8s+DL._SX300_BO1,204,203,200_.jpg

Résumé :

« Quand je revois mon enfance, le seul fait d’avoir survécu m’étonne. Ce fut, bien sûr, une enfance misérable: l’enfance heureuse vaut rarement qu’on s’y arrête. Pire que l’enfance misérable ordinaire est l’enfance misérable en Irlande. Et pire encore est l’enfance misérable en Irlande catholique. »
C’est ce que décrit Frank McCourt dans ce récit autobiographique. Le père, Malachy, est un charmeur irresponsable. Quand, par chance, il trouve du travail, il va boire son salaire dans les pubs et rentre la nuit en braillant des chants patriotiques. Angela, la mère, ravale sa fierté pour mendier. Frankie, l’aîné de la fratrie, surveille les petits, fait les quatre cents coups avec ses copains. Et, surtout, observe le monde des adultes.
La magie de Frank McCourt est d’avoir retrouvé son regard d’enfant, pour faire revivre le plus misérable des passés sans aucune amertume.

Mon Avis :

J’ai découvert cet ouvrage grâce à une amie Babeliote dont la critique alléchante m’avait donné envie de me plonger dedans. Tant qu’à faire, j’ai emprunté en même temps à la bibliothèque l’adaptation cinématographique. Et bien, je n’ai pas été déçue ! Les deux supports m’ont beaucoup plu.

Commençons par le roman de Frank McCOURT : il s’agit d’une biographie de l’auteur sur son enfance en Irlande de ses cinq à ses dix-neuf ans. Il narre ses effroyables conditions de vie entre le froid, l’humidité, la faim et le chômage.

Tout d’abord, je commencerai sur une note négative. Je n’ai absolument pas aimé le style d’écriture de l’auteur. Je l’ai trouvé immature. Au départ, je pensais qu’il s’en servait pour décrire les sentiments d’un petit garçon de 5 ans et que le style se sophistiquerait au fur et à mesure qu’il grandirait. Que nenni ! L’écriture est restée la même d’un bout à l’autre du roman, jusqu’à ses dix-neuf ans. J’ai trouvé cela dommage. Néanmoins, l’auteur prend beaucoup de recul et j’ai beaucoup apprécié l’humour qui ponctue son récit.

Je suis également stupéfaite des nombreux détails qui fourmillent dans la biographie : l’auteur a bien retranscrit son enfance. En même temps, vu ce qu’il a subi, je pense que cela doit marquer à vie. Je ne me suis pas ennuyée : il m’a beaucoup fait réagir, ce qui est bon signe. J’étais révoltée contre l’attitude du père qui contraignait sa famille à la pauvreté à cause de son addiction à l’alcool et de son égoïsme. Et j’étais d’autant plus indignée avec l’Eglise qui maintenait la société des années 40 et 50 dans une ignorance superstitieuse et une culpabilité latente qui devait sacrément vous pourrir la vie !

Si comme moi, vous avez aimé le roman, je vous conseille aussi le film éponyme. En effet, l’adaptation cinématographique est très réussie : je l’ai trouvée très fidèle au roman. le choix des acteurs et leur interprétation était parfaite.

Note 4/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s