L’étranger (BD) de Jacques Ferrandez

A64518

Résumé :

Le jour où sa mère est morte, Meursault a remarqué qu’il faisait très chaud dans l’autobus qui le menait d’Alger à l’asile de vieillards, et il s’est assoupi. Plus tard, dans la chambre mortuaire, il a apprécié le café que lui offrait le concierge, a eu envie de fumer, a été gêné par la violente lumière des lampes électriques. Et c’est avec une conscience aiguë du soleil qui l’aveugle et le brûle que l’employé de bureau calme et réservé va commettre un acte irréparable.
Camus présente un homme insaisissable amené à commettre un crime et qui assiste, indifférent, à son procès et à sa condamnation à mort.

Mon Avis :

J’avais lu L’étranger de Camus quand j’étais au Lycée, il y a quinze ans. J’avoue qu’il ne m’en restait pas beaucoup de souvenirs, uniquement la scène du meurtre et la fin. Un peu flemmarde, pourquoi ne pas lire la bande dessinée plutôt que de me replonger dans le roman? Et c’est ce que j’ai fait! Je n’ai pas été déçue, j’en ai beaucoup apprécié la lecture et les dessins : pendant la scène du meurtre, je me rappelais l’omniprésence du soleil et de la chaleur : cette impression a bien été mise en scène, je trouve. En revanche, ce qui m’a plutôt agacée, c’est le caractère un peu atone et désinvolte du personnage principal. J’avais vraiment envie de le secouer : je ne me rappelais pas qu’il était ainsi dans le roman. Bref, cette bande dessinée, si l’on a pas lu le roman, est une bonne introduction ou si on l’a déjà lu, un bon rappel!

Note 4/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s