Au revoir là-haut (BD) de Pierre Lemaître

arlh_page_1

Quatrième de couverture :

Albert et Edouard sont des survivants de la Grande Guerre. Encombrants pour cette société qui veut oublier l’horreur, ils tentent de survivre tant bien que mal. Las d’être laissés pour compte, ces deux héros trop vite oubliés imaginent une arnaque aussi cynique qu’audacieuse, défiant le patriotisme français.

Editeur : Rue de Sèvres

Nombre de pages : 168

Prix : 22.50€

Mon Avis :

Je n’ai pas encore lu le roman Au revoir là haut dont la bande dessinée est adaptée. Il est pourtant dans ma PAL depuis un moment mais je n’arrivais pas à me lancer : il faut dire que le nombre de page m’a rebuté. Lire l’adaptation en bande dessinée est donc une introduction et un tremplin pour découvrir l’oeuvre originale : pari réussi!

Au revoir là haut s’inscrit à la fin de la Première Guerre Mondiale. Dès le départ, nous faisons la connaissance de trois soldats :
– Albert Maillard, un brave gars qui s’est retrouvé au mauvais moment et au mauvais endroit : il a failli être enterré vivant par un tir d’obus.
– Heureusement, ce dernier a été sauvé in extremis par Edouard Péricourt qui se retrouvera défiguré.
– Et le Lieutenant Pradelle, un homme ambitieux et dénué de tout scrupule.

Grâce à la bande dessinée, j’ai été immédiatement immergée dans l’histoire que j’ai adorée. J’ignore si l’auteur s’est inspiré d’un fait réel, mais l’intrigue est complètement crédible et m’a littéralement transporté. Les personnages sont très forts également : j’ai eu beaucoup de sympathie pour les deux principaux protagonistes. Quant à Pradelle, je l’ai détesté : il m’a fait penser à l’évêque Waleran des Piliers de la Terre que l’on déteste et que l’on souhaite voir puni pour ses actes inqualifiables. Les dessins sont également très beaux et m’ont complètement fait rentrer dans l’histoire. Je ne connais pas vraiment cette période de la Première Guerre Mondiale mais ce livre m’a beaucoup fait penser à la Chambre des Officiers pour l’hospitalisation des « Gueules cassées » et Mauvais genre sur le retour des soldats à la vie civile.

En conclusion, un petit coup coeur pour cette bande dessinée : je vais donc me jeter sur le roman éponyme.

NB : Noêl arrive! Pourquoi pas une idée cadeau?

Note 5/5♥

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s