La saga d’Atlas et Axis, T.1 de Pau

A1GwMT53cdL.jpg

Quatrième de couverture :

Dans le monde de Pangea, où tous les animaux parlent et marchent sur deux pattes, Atlas et Axis sont deux cabots aux caractères et pedigrees bien différents : le premier est intelligent et rationnel, alors que le second a plutôt tendance à se fier à son flair.
Le jour où leur village est ravagé par les cruels Vikiens, des brutes sanguinaires venues du Nord, Atlas et Axis prennent leur courage à deux pattes et partent braver le grand Nord pour venger les leurs….

Editeur : Ankama

Nombre de pages : 74

Prix : 14.90€

Mon Avis :

Avant de commencer ma critique, je tiens à remercier Babelio et les éditions Ankama pour m’avoir fait découvrir cette bande dessinée, La saga d’Atlas et Axis. Cette dernière met en scène les aventures de deux chiens à la recherche des vikiens (peuple de loups et d’ours) qui ont massacré leur village et réduient en esclavage les chiennes et chiots. Cette bande dessinée s’inspire largement de la période du Haut Moyen Age européen, époque à laquelle les Vikings n’ont pas manqué de faire des incursions et pillant les villes ou monastères mal protégés. Le titre même de « saga » fait ainsi référence aux récits de héros vikings.
Pour ma part, j’ai ressenti un fort décalage entre les dessins « mignons » des chiens et le récit relativement violent (on ne compte plus les morts et l’idée de vengeance des deux héros principaux qui les poussent à commettre des actes inexcusables). En effet, malgré les apparences, je ne la conseillerai donc pas à de jeunes lecteurs, plutôt à des adolescents et adultes.
En ce qui concerne le scénario, je ne me suis pas ennuyée et le récit est ponctué assez régulièrement de rebondissements. Néanmoins, de nombreux revirements (j’ignore s’ils sont volontaires ou non) m’ont un peu gênée : j’avais parfois l’impression que l’auteur lui-même ne savait pas trop où emmener son lecteur et aurait changé plusieurs fois d’avis en ce qui concerne la trame de son récit. Pour exemple, au début Atlas arrive dans son village avec la traduction d’un parchemin et l’attente d’une quête qui disparaît aussitôt. Plus loin, Atlas rencontre Mika, en tombe amoureux puis l’abandonne en lui promettant de revenir. Puis, il fait la connaissance de l’aubergiste Miel, travaille pour elle et décide de partir en promettant également de revenir. Enfin, Atlas et Axis ne souhaitent pas se venger des Vikiens qui ont assassiné les leurs car la « violence engendre la violence » mais se résolvent aussitôt à les massacrer : faites ce que je dis, pas ce que je fait!
Pour toutes ces incohérences, ma note est donc mitigée et se situe autour de la moyenne. Pour ce qui est de la suite, je ne pense pas poursuivre la saga d’Atlas et d’Axis. Certes, le premier tome m’a bien diverti mais ne m’a pas non plus donné envie de continuer.
NB : Je tiens enfin à remercier mon adorable facteur qui m’a livré le colis avec des traces de pneu dessus (véridique!) et massacré ainsi la couverture du livre.

Note 3/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s