Nouvelles extraordinaires d’Edgar Allan Poe

51oOuyF4osL__SX210_

Quatrième de couverture :

Et ici, par une bravade frénétique, je frappai fortement avec une canne que j’avais à la main juste sur la partie du briquetage derrière laquelle se tenait le cadavre de l’épouse de mon cœoeur…
Pendant un moment, les officiers placés sur les marches restèrent immobiles, stupéfiés par la terreur. Un instant après, une douzaine de bras robustes s’acharnaient sur le mur. Il tomba tout d’une pièce. Le corps déjà grandement délabré et souillé de sang grumelé, se tenait droit devant les yeux des spectateurs. Sur sa tête, avec la gueule rouge dilatée et l’œil unique flamboyant, était perchée la hideuse bête dont l’astuce m’avait induit à l’assassinat, et dont la voix révélatrice m’avait livré au bourreau (Le Chat noir).

Editeur : Flammarion

Nombre de pages : 314

Prix : 3.80€

Mon Avis :

Lorsque j’étais adolescente, j’avais lu le Scarabée d’Or d’Edgar Allan Poe mais j’avoue que je n’avais pas été touchée par la nouvelle et je n’en garde même aujourd’hui aucun souvenir.
En poursuivant ma découverte de la littérature gothique, j’ai fait une belle rencontre au travers des Nouvelles histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe. J’ai été subjuguée par l’écriture poétique de l’auteur ainsi que par la magnifique traduction de Charles Baudelaire qui retranscrit toute la force et la beauté du texte original. Lire ce recueil a été pour moi un enchantement qui m’a permis d’égayer la monotonie de mes trajets quotidiens, dans le tramway : un vrai régal!
Néanmoins, toutes les nouvelles ne m’ont pas touché de manière égale : parmi toutes, je garderai surtout en mémoire le chat noir, William Wilson, la Chûte de la Maison Usher, le puits et le pendule, Hop Frog et le Portrait ovale. Certaines sont macabres, voire dérangeantes mais Edgar Allan Poe a une manière sans précédent de faire rentrer le lecteur dans son récit et de le faire intéragir avec le narrateur. Dans le Chat noir, je l’ai détesté littéralement et je n’avais de cesse qu’il soit puni pour ses odieux crimes. Dans le puits et le pendule, je tremblais pour le personnage principal, au point d’avoir de l’empathie pour lui et je voulais avec force qu’il se sorte de ses épreuves imposées par l’Inquisition. Dans la Chûte de la maison Usher ou dans Bérénice, les scènes finales ont fait émerger en moi un sentiment d’effroi et d’horreur.
Bref, je ne peux que recommander la lecture de ce recueil en espérant que d’autres lecteurs prennent autant de plaisir que moi à lire ces nouvelles. D’ici peu, je pense re-découvrir le Scarabée d’or et lire un autre recueil de cet extraordinaire auteur.

Note 5/5

Certaines nouvelles d’Edgar Allan Poe ont également inspiré le scénario du film The Raven de James McTeigue, sorti en 2012. Vous pouvez donc trouver ma chronique ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s