Steampunk, Fantasy Art, Fashion, Fiction & the Movies de Henry Winchester

81n+yHcSplL.jpg

Quatrième de couverture :

Steampunk si an électricité WorldTour of cops… It si romance. It si adventure.

Arthur Emporium

Editeur : Gothic Dreams

Nombre de pages : 128

Prix : 13.61€

Langue : Anglaise

Mon Avis :

Le Steampunk est pour moi quelque chose de très nouveau. Certes, je sais en reconnaître l’esthétique que ce soit au niveau des accessoires, des costumes ou des dessins. Mais, j’ignore tout de ce mouvement : comment est-il né? À quelle période? Comment se caractérise-t’il? A-t’il évolué? Quelles sont les premières oeuvres littéraires, à l’origine du Steampunk? Ou quels sont les auteurs les plus représentatifs du genre? Etc…

En France, difficile de trouver des documentaires. Et ceux qui existent sont exagérément chers : je suis désolée mais une Bible du Steampunk à trente euros, aussi beau que le livre soit, mon porte-monnaie va me faire la gueule! Ceci dit, ne jamais dire Fontaine, je ne boirai pas de ton eau…

Je me suis donc tournée vers les ouvrages anglo-saxons espérant trouver une mine d’informations et je suis tombée sur cet ouvrage Steampunk d’Henry Winchester. Inutile de vous préciser que l’illustration de la couverture signée Cris Ortega, a tout suite orientée mon achat. Ce livre possède une très belle esthétique. Il se caractérise par une page de texte et une page illustrée (photo, dessin, affiche de film ou accessoire  représentatif du Steampunk). Je n’aime pas tout mais certains artiste ont attiré mon attention comme Cris Ortega (forcément) mais aussi Lindsey Look ou Kiselev Andrey valerevich.

Je serai, en revanche, plus critique en ce qui concerne le texte : étant donné qu’il est en anglais et que je ne maîtrise pas totalement cette langue, il est fort possible que je sois passée à côté de quelques subtilités du texte. Néanmoins, l’approche me paraît trop restrictive : selon l’auteur, le Steampunk est centré exclusivement autour d’un XIXème siècle victorien (les autres évolutions temporelles ou géographiques sont passées sous silence). Je trouve cela un peu dommage.

En conclusion, Steampunk d’Henry Winchester est un très bel ouvrage qui m’a permis de débroussailler quelques connaissances autour du genre et de m’approprier le vocabulaire de base en anglais comme cogs (rouages), coggles (lunettes) ou brass (laiton). Mais, il me semble trop restrictif et je conseillerai ainsi de vous tourner vers un ouvrage que j’ai découvert après : Le guide Steampunk, publié chez ActuSF.

Note 3/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s