The library on display : imaginary creatures

71hQpvZMdkL

Présentation :

The first event of the Library on Display project, a series of theme-based exhibitions of Laurentian manuscripts and printed books, Imaginary Creatures opened on April 1st, 2007, at the Laurentian Library (Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, 1 April–15 July, 2 September–31 December 2007).

Nineteen manuscripts (many commissioned, owned and annotated by prominent humanists) and nine printed books were chosen for the astonishing range of imaginary creatures depicted in them: dating from the end of the 12th to the 18th century and picked out from different collections belonging to the Library, they are in Latin, Greek, the Italian vernacular and Persian, and contain extraordinary images of sirens, satyrs, dragons, centaurs, phoenixes, unicorns, basilisks, winged horses, griffins and minotaurs of all shapes and sizes, added to explain or simply decorate the accompanying texts. Different styles and techniques are represented, from simple one- or two-colour drawings to virtuoso exercises by the master illuminators of the 15th century; the selection also includes woodcuts, engravings and colophons found in precious early printed books.

With the a preface by Franca Arduini, Director of the Library, the catalogue is divided into two sections, the first devoted to manuscripts and the second to printed books. All folios on display at the exhibition are reproduced, complemented by details and images of other folios that visitors will not be able to see; the images are accompanied by short catalogue entries.

Editeur : Mandragora

Nombre de pages : 80

Prix : 10,00€

Mon Avis :

Lors de ma visite à la Bibliothèque Médicéenne de Florence, je suis tombée sur ce petit livre disponible en italien et en anglais. Son sujet, son petit format et ses magnifiques illustrations en couleur m’ont immédiatement séduites. L’idée est de faire découvrir des figures d’animaux fantastiques, présents dans les archives de la Bibliothèque au travers des sirènes, satyres, dragons, centaures, phoenix, licornes, basiliques, chevaux ailés, griffons et minotaures. L’ouvrage est divisé en deux parties avec tout d’abord, les manuscrits puis les livres imprimés. Les sources sont de diverses origines : française, italienne, hollandaise et même iranienne. La page de gauche donne le contexte et l’origine de la source tandis que la page de droite est une illustration.

Ayant beaucoup vu de représentations d’animaux imaginaires lors de mon périple, je souhaitais écrire, à mon retour, une chronique sur un bestiaire fantastique, en Toscane. Je pensais donc que ce livre me donnerait quelques clés de compréhension plus approfondies. Pour aborder cet ouvrage, nul besoin d’avoir de solides connaissances en anglais, en histoire ou en paléographie, il reste assez basique. Trop peut-être. En effet, j’attendais une interprétation symbolique de la présence de ces figures incongrues, au sein des archives. Hormis l’explication de la licorne comme allégorie de la virginité ou du griffon comme symbole de la bestialité, je suis un peu restée sur ma faim. Néanmoins, l’ouvrage reste intéressant car il permet de faire connaître au grand public des illustrations d’archives inédites et non consultables lors d’une simple visite de la Bibliothèque Médicéenne, sauf peut-être sur réservation?

Note 3/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s