Le Chasseur et la Reine des Neiges

image

Introduction :

Le premier opus Blanche-Neige et le Chasseur, sortie en 2012, avait été un véritable coup de coeur pour moi. J’attendais donc avec impatience la sortie de sa suite Le Chasseur et la Reine des Neiges. Comme le titre l’indique, il y a eu plusieurs changements entre temps :
– L’éviction de l’actrice Kristen Stewart, dans le rôle de Blanche-Neige. Ce choix n’était pas pour me déplaire car je n’avais pas aimé la prestation de l’actrice, dans le premier film.
– La disparition du personnage de Blanche-Neige donne ainsi la part belle au Chasseur, interprété par Chris Hemsworth qui prend du galon et devient l’un des personnages principaux.
– Enfin, l’apparition d’Emily Blunt dans le rôle de la Reine des Neiges n’est certainement pas dû au hasard, mais certainement choisi en fonction de la popularité croissante du personnage de Disney.


Résumé :

Bien avant la naissance de Blanche-Neige et les évènements du premier opus, Ravenna régnait d’une main de fer sur son royaume. S’inquiétant de savoir si elle était toujours la plus belle, elle questionnait inlassablement son miroir. Un jour, ce dernier lui révèla que sa sœur Freya attendait un bébé qui la surpassera en beauté. Folle de jalousie, elle fomenta un plan machiavélique pour se débarrasser de sa future concurrente et pour vacciner sa sœur contre l’amour. Freya, blessée en son coeur, développa son don de glace et s’enfuit du royaume pour créer le sien. Elle enleva de jeunes enfants des territoires alentours et constitua sa propre armée de Chasseurs. C’est ainsi que Sara et Éric se rencontrent et tombent amoureux, frôlant dangereusement l’interdit imposé par la Reine des Neiges…

image

Les points faibles :

Ce film fait office de parent pauvre par rapport au premier : ce n’est pas un hasard. En effet, le budget alloué était bien moindre (170 000 000 $ contre 115 000 000 $) et cela se ressent sur plusieurs postes de dépense :
– Les nombre de personnages secondaires et l’emploi de figurants a diminué : pas de grande scène de bataille, les Cours de Ravenna et de Freya sont modestes et comportent peu de courtisans, etc…
– Les effets spéciaux restent encore extraordinaires mais sont bien souvent une resucée du premier : le miroir qui coule, la transformation de Ravenna en corbeaux, les fées de la Forêt Enchantée, etc…
– Les décors sont plus modestes : soit, il s’agit de décors naturels comme l’abbaye de Waverley en Angleterre, soit ce sont des décors sur fond bleu comme le palais de la Reine des Neiges.

Néanmoins, même si le budget est moindre et a eu quelques conséquences sur la forme, en théorie, le fond ne devrait pas être impacté par ces considérations financières. Malheureusement, c’est loin d’être le cas :
– Le film souffre d’incohérences scénaristiques par rapport au premier opus : les pièces du puzzle s’imbriquent mal. Le frère Finn disparaît totalement de l’histoire ne laissant la place qu’à la relation entre Freya et Ravenna. Dans le premier film, Finn avoue également à Éric qu’il avait tué son épouse Sara pendant son absence alors que dans le deuxième, elle ne disparaît pas de cette manière.
– La transition scénaristique entre le préquel de Blanche-Neige et le Chasseur (La mort de l’enfant de Freya, la création de son royaume et de son armée de Chasseurs, la rencontre entre Sara et Éric) et la suite s’imbriquent mal (les évènements suivants la chûte de Ravenna et l’accession au pouvoir de Blanche-Neige). J’avais le sentiment que le récit était maladroit, hâché et déséquilibré.
– Le scénario est plat et pourvu de très rares rebondissements (un seul m’a surpris mais je ne peux vous le révéler au risque de vous spoiler). J’ai trouvé ce film long et laborieux.
– Le tout est couronné par une morale qui suinte lamentablement la guimauve : l’amour rend plus fort, l’amour triomphe de tout… Beurk! Dans le premier, la réflexion sur la vieillesse, la beauté et la soif de pouvoir avaient beaucoup plus de profondeur. Ici, le discours est d’une platitude exaspérante.

image

Les points forts :

Bon, vous l’aurez compris, ce film est loin d’être le coup de coeur auquel je m’attendais. Néanmoins, quelques points positifs restent à souligner :

Ce film fait la part belle aux personnages féminins. Ravenna éprise de pouvoir, Freya ravagée par le chagrin et Sara s’étant sentie abandonnée, toutes trois partagent le même trait commun. Ce sont des femmes fortes qui se sont senties ou ont été trahies par des hommes à un moment donné de leur existence. Elles sont indépendantes, courageuses et savent se défendre seules. N’oublions pas non plus le personnage secondaire de Mrs Bromwyn, une jeune naine qui possède aussi un sacré caractère.

Pour rester sur les personnages féminins, les garde-robe de la Reine des Neiges et de Ravenna sont d’une grande diversité et d’une grande qualité. Certains costumes tombaient sous le coup de l’originalité et ne devaient pas être faciles à porter pour les deux actrices (surtout ceux composés de métaux, ils devaient être très lourds à porter). D’autres, se révélaient d’une incroyable beauté : ils jouaient même un rôle dans l’univers audio du film. En effet, il n’était pas rare de les entendre cliqueter, lors des mouvements de celle qui le portait : cela renforçait la majesté et la force du personnage.

Enfin, si les scènes de batailles sont quasiment absents, le film n’est pas exempt non plus de combats singuliers, particulièrement bien chorégraphiés. J’avoue avoir été plus d’une fois impressionnée par la vitesse d’exécution des prises d’arts martiaux, la souplesse des mouvements et l’originalité des échanges. Je soulignerai ainsi les combats d’entraînements des Chasseurs, dans le Palais de la Reine des Neiges ou le mystérieux soldat qui vient à la rescousse d’Eric et de ses deux compagnons nains, lors de la scène de l’auberge.

image

Conclusion : 

Le Chasseur et la Reine des Neiges a été pour moi, une pâle copie de Blanche-Neige et le Chasseur et une véritable déception. Il souffre de la comparaison. Ma première réflexion, à la sortie du cinéma, a été « Qu’est-ce que c’était long! ». C’est dommage car si le scénario et la morale de l’histoire avaient été davantage travaillés, il aurait été possible de retrouver les qualités qui avaient fait du premier, une réussite.

Note 2/5

Publicités

4 réflexions sur “Le Chasseur et la Reine des Neiges

  1. Très bon jeu d’Émily Blunt et Charlize Theron, comme à leur habitude. Par contre, aucune chimie entre le chasseur et sa « bien-aimée » et ce, même si Chris Hemsworth est….Chris Hemsworth lol. Kristen Stewart est partie? Elle ne nous manque vraiment pas! Bon film pour passer le temps mais c’est tout. Bien d’accord avec ta note. On a vu mieux!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s