Downton Abbey, Saison 1

image.jpeg

Introduction :

Vous l’avez peut-être remarqué mais en ce moment, je chronique peu de livres car j’ai consacré, en réalité, mes vacances aux séries télévisées. Parmi mes projets de visualisation, Downton Abbey faisait partie des nouveautés à découvrir. Tellement d’ami(e)s me l’on vanté que je ne pouvais pas passer à côté et je me rappelle encore leurs arguments : « Toi qui aimes les séries très « British », tu vas adorer! » ou « Quoi? Toi qui  est fan des récits à la Jane Austen, tu ne l’as pas encore vu? » et encore, « Dès que je l’ai commencé, je n’ai pas pu m’arrêter! ». Alors, j’ai emprunté la première saison à la bibliothèque et devinez quoi? J’ai succombé moi aussi à la tentation de Downton Abbey et j’en suis devenue accroc!

Bande annonce en Version Originale :

Bande annonce en français :

Résumé :

Les Crowley viennent de subir un terrible revers de fortune : en effet, un télégramme les a informé de la mort de leurs deux héritiers, des cousins embarqués en 1912, à bord du Titanic. Or Lord Robert Crowley, Comte de Downton Abbey n’a eu que des filles et selon la loi anglaise, il ne pourra transmettre son titre et son domaine à son aînée, Mary. Il doit alors composer avec son nouvel héritier, un cousin éloigné et issu de la Middle Class, Matthew Crowley. Mais, tout le monde ne fait pas bon accueil à ce tout nouveau membre de la famille, jugé trop modeste et bien ignorant de l’étiquette qui régit le monde fermé de l’aristocratie.

 

image.jpeg

Mon avis :

Je sais que j’ai l’habitude de diviser mes critiques de séries télévisées en deux parties entre les points faibles et les points forts. Malheureusement, j’ai tellement été enthousiasmée par cette première saison (un peu comme Peaky Blinders) que je n’ai trouvé que peu de points négatifs. Les parties en auraient été déséquilibrées. Passé cette petite explication, mon but sera de vous convaincre (si cela n’a pas été encore fait car j’en suis consciente, j’ai six ans de retard!) de vous plonger in extremis dans cette série!

En premier lieu, j’ai été subjuguée par le décor! En effet, le tournage a eu lieu dans un vrai château, celui de Highclere Castle, situé en Angleterre, dans le Hampshire. Si vous voulez avoir des photos, vous trouverez ici le lien vers leur site internet et si l’envie vous prenait d’aller le visiter, sachez qu’il est déjà complet pour cette année! Pour en revenir au décor de Downton Abbey, il s’agit d’un véritable bijou : tout y est sublime et je dois bien avouer que j’ai eu (forcément!) un coup de coeur pour la bibliothèque (qui apparemment contient 6000 bouquins!) mais aussi pour le petit salon dominé par le grand escalier néo-gothique. Les premières scènes de l’épisode 1 permettent d’ailleurs au spectateur d’en faire une petite visite rapide en suivant les serviteurs dans leurs occupations quotidiennes.

Autre point fort du film, les costumes. Conformément à l’époque, ceux des hommes restaient très sobres avec des couleurs allant du noir, gris au blanc. Ils préféraient laisser la part belle à leurs épouses et filles qui arboraient, quand à elles, de magnifiques toilettes colorées. Les trois filles de Lord Crowley ainsi que son épouse et sa mère, ne font donc pas exception à la règle. J’ai ainsi adoré la robe rouge de Lady Mary (Michelle Dockery), dans l’air du temps des années 10 ainsi que celle parme de Lady Violet Crowley (Maggie Smith), à tendance plus victorienne.

 

Downton Abbey possède également des personnages forts, remarquablement bien interprétés.
– Dans le milieu des Lords, j’ai beaucoup apprécié :
Lord Robert Crowley (Hugh Bonneville). C’est un homme bienveillant que ce soit envers ses filles ou ses serviteurs, indulgent et ouvert qui a fait bon accueil à son cousin Matthew, même si ce dernier est un néophyte, dans leur milieu. En cela, il m’a fait beaucoup fait penser à Monsieur Bennet, le père d’Elizabeth, dans Orgueils et Préjugés.
Sa mère Lady Violet Crawley est un personnage vraiment haut en couleur! Si elle est très consciente de son milieu et si elle possède un abord revêche, elle sait aussi faire preuve de générosité quand il le faut et mettre de côté son égo. J’avoue que ce personnage m’a beaucoup fait rire avec ses propos pertinents et pince sans rire!
En revanche, j’ai détesté Lady Mary, la fille aînée du Comté : elle est égoïste, gâtée, très consciente de sa beauté et en use pour briser le cœur des hommes qui la courtise. Elle peut se révéler extrêmement cruelle aussi envers sa sœur cadette Edith, cette dernière n’ayant malheureusement pas hérité des mêmes atouts charmes que Mary. Ce personnage si détestable au début risque aussi de se remettre bien vite en question lorsque son don se retourne finalement contre elle.
– Dans le milieu des domestiques, je me suis attachée à tous les personnages. Si je devais en choisir deux, ce serait Charles Carson (Jim Carson), le majordome qui se révèle tout comme son maître quelqu’un de bienveillant, droit et compétent ainsi que Gwen Dawson (Rose Leslie) qui poursuit son rêve avec opiniâtreté. Et pour ceux que j’ai détesté, je ne surprendrai personne en citant la femme de chambre Sarah O’Brien et le valet de pied, Thomas Barrow, les deux méchants de l’histoire. D’ailleurs, je regrette que ces deux personnages ne soient pas un peu plus nuancés : je pense qu’ils auraient ainsi acquis plus de crédibilité ou de force.

Downton Abbey Series 3

Enfin, je finirai sur le scénario qui a fait de Downton Abbey une série passionnante. Le suspense est maintenu jusqu’au bout et j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre les sept épisodes. Les rebondissements sont également très nombreux et si certains m’ont poussé à poursuivre sans délai, d’autres, au contraire, m’ont laissé un peu plus sceptiques. Malheureusement, je ne peux être plus explicite au risque de spoiler une petite partie de l’intrigue. Désolée…

image.jpeg

En conclusion :

Downton Abbey est une série remarquable à tous les points de vue et s’est révélée être un coup de coeur pour moi. Elle possède un décor absolument fabuleux au travers du tournage dans un vrai château, des costumes sublimes, un casting de rêve avec une interprétation parfaite, des personnages attachants et un scénario regorgeant de rebondissements et de suspense. Je n’ai juste qu’un seul regret : ne pas avoir cédé plus tôt aux insistances de mes ami(e)s! Restons, néanmoins, sur une note positive : je ne connaîtrai pas la frustration d’attendre un an entre chaque saison et je vais de ce pas me plonger dans la saison 2! Et vous, qu’en avez-vous pensé?

Note 5/5♥

Publicités

9 réflexions sur “Downton Abbey, Saison 1

  1. J’ai adoré moi aussi. Il doit me rester une ou deux saisons à voir, de mémoire, ton article me fait penser qu’il faut que je m’y remette !

    Sinon, j’adore la dernière photo de l’article, Rose Leslie (alias Ygritte dans le Trône de Fer) a l’air de dire : « you know nothing, Jon Snow !  » ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s