Kick ass de Mark Millar et de John Romita

image.gif

Quatrième de couverture : 

Dave Lizewski est un adolescent classique. Ce n’est pas le garçon le plus athlétique de son lycée, ni le plus malin, ni le plus cool. Mais il a sa bande de copains, un père qui l’aime, et c’est un vrai passionné de comics de super-héros. Et à tel point que le petit monde de ses illustrés favoris commence à lui sembler bien plus intéressant que sa petite vie morose. Pourquoi étudier pendant des années pour ensuite faire un boulot qu’on déteste ? Pourquoi finir en vaincu du système ? Pourquoi ne pas plutôt aider les gens et faire un peu de bien en ce monde ? Voilà les questions que Bave Lizewski se pose jusqu’à ce qu’il prenne la décision qui change sa vie : enfiler un masque et un costume et devenir Kick-Ass, le premier « vrai » super-héros de la planète.
Au départ, rôder dans les ruelles et sur les toits lui suffit, mais ce jeune New-Yorkais ne s’est pas fait un costume de super-héros juste pour en avoir l’allure. Il veut faire la différence. Et rapidement, il se retrouve à engager le combat contre les criminels sur leur propre terrain, mettant sa vie en danger. Hélas pour Dave, il découvre rapidement pourquoi personne n’a jamais tenté de devenir un super-héros : les criminels de la ville sont plus que de taille à résister à Kick-Ass.
Dave Lizewski sait que ce qu’il fait est stupide, dangereux et potentiellement mortel, mais la popularité de Kick-Ass grandit depuis que des vidéos le concernant circulent sur le Net. Et puis, d’autres super-héros commencent à sortir du bois. Voilà, Bave est pris par le style de vie super-héroïque… malgré, ou peut-être à cause, du danger qui va avec. Parue entre 2008 et 2010 et composée de huit chapitres, Kick-Ass a remporté un succès comme on n’en voyait plus aux Etats-Unis depuis des années.
La série de Mark Millar et John Romita Jr a d’ailleurs été rapidement adaptée sur le grand écran par Matthew Vaughn, avec Aaron Johnson, Chloé Moretz, Nicolas Cage et Christopher Mintz-Plasse comme acteurs principaux. Cette production indépendante, traitant un sujet dont Hollywood raffole, a fait un carton au box-office. Kick-Ass est alors devenu un film-culte, une vision impitoyable et cynique des longs métrages du genre.

Editeur : Panini

Nombre de pages : 150

Prix : 26,00€

Mon Avis : 

Étant une néophyte dans le domaine des Comics, j’avais fait la connaissance de Kick Ass comme beaucoup de monde, par la petite porte du cinéma et au travers de l’adaptation de Matthew Vaughn, sorti en 2010. J’avais été agréablement surprise par ce film car, en vérité, je n’en attendais pas grand chose. Je ne suis pas une grande fan de Nicolas Cage, en revanche, j’adore Mark Strong dans ses rôles de méchants charismatiques. Et Chloé Grace Moretz n’était pas en reste non plus car son rôle de « gamine-Ninja » m’avait impressionné. Quant au scénario, j’avais trouvé cela plutôt bien fait et sans temps mort. Et les scènes d’action s’étaient révélées être bien dosées et efficaces.
Alors, le film était-il fidèle au comics original? Ma réponse est clairement oui! Il existe juste une petite divergence sur le personnage de Big-daddy qui à mon avis, était plus subtil et plus réaliste dans le livre que dans le film. Je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler.

Sinon, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce comics autant sur la forme que sur le fond. Les dessins et la colorisation étaient certes agréables mais je n’ai pas non plus ressenti un véritable coup de coeur. En revanche, je conseillerai ce comics à des lecteurs avertis (c’est d’ailleurs noté sur la quatrième de couverture) car comme le film, certaines scènes peuvent heurter la sensibilité de certaines personnes (pour reprendre la formule consacrée). En effet, la violence est véritablement présente et l’hémoglobine coule à flot.

image.jpeg
« Elle était comme John Rambo rencontrant Polly Pocket »

Ce que j’ai beaucoup apprécié aussi, c’est l’originalité du personnage principal, Dave : ici, nous n’avons pas affaire à un super-héros qui développe un don suite à un accident ou qui possède un matériel onéreux mais high-tech, il s’agit uniquement d’un jeune adolescent, lambda, sans aptitude particulière et un peu looser. Il possède juste une imagination galopante et une témérité qui va lui jouer quelques tours. Ce personnage attire immédiatement la sympathie du lecteur car il est possible de s’identifier à lui et il s’avère à plusieurs reprises être touchant et attachant.

image
Enfin, le comics, malgré ses 150 pages, possède un bon rythme et sait ménager son suspense et ses rebondissements. Il est vrai que je n’ai pas non plus été surprise car je connaissais déjà l’histoire au travers du film. D’ailleurs, si vous n’avez pas encore vu l’adaptation, je vous conseille de débuter par le comics.

image

En conclusion, Kick-Ass est un comics qui se lit avec plaisir : si je n’ai pas trouvé les dessins exceptionnels, en revanche, le scénario et le personnage principal valent le détour. Attention, toutefois, à bien réserver ce comics à des lecteurs avertis (je dirai à partir de 14-15 ans, pas en dessous).

Note 4/5

Publicités

6 réflexions sur “Kick ass de Mark Millar et de John Romita

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s