Calvin et Hobbes de Bill Watterson

 

Quatrième de couverture : 

Les aventures de Calvin, le petit garçon râleur à l’imagination débordante, et de son tigre en peluche Hobbes ont fait le tour du monde : une amitié imaginaire, teintée d’absurde, d’humour et de philosophie… « L’effet d’un mot de la fin peut être éphémère, mais il y a quelque chose dans l’amitié entre Calvin et Hobbes qui recèle une petite parcelle de vérité. Exprimer quelque chose de réel et d’honnête, c’est là pour moi toute la joie de la bande dessinée, et toute son importance. » Bill Watterson.

Editeur : Hors collection

Nombre de pages : 63

Prix : 6,90€

Mon Avis : 

C’est un ami et collègue de travail qui m’a fait découvrir deux tomes de la bande dessinée Calvin et Hobbes. Je la connaissais de nom mais je n’avais jamais eu, jusqu’à présent, l’occasion de me plonger dedans. Et pourtant quel tort!

Calvin est un petit garçon à l’esprit débridé et imaginatif. Pas très sociable ni envers sa voisine Susie, ni envers les autres camarades de sa classe et chenapan envers ses parents, il a développé une relation exclusive avec son tigre en peluche, Hobbes. Ce dernier ne prend vie qu’en présence du jeune garçon et devient tour à tour son complice dans les bêtises ou son conseiller, à la manière de Jiminy Cricket.

Malgré ses dessins à l’aspect naïf, au premier regard, Calvin et Hobbes comprend pourtant une grande profondeur. En effet, elle peut comporter deux niveaux de lecture  :

– certains ne peuvent y voir qu’un simple garçon qui fait essentiellement des bêtises ou se laissant porter par son imagination débordante.

image

image

– d’autres, au contraire, y trouveront une portée plus philosophique, voire une dénonciation des travers de notre société ou du genre humain.

image

image

image

Malgré cela, sous le ton léger de la bande dessinée, ne faut-il pas déceler aussi un sujet plus triste? En effet, Calvin comble aussi sa solitude et son manque d’affection au travers d’une relation certes complice mais toute aussi fictive avec un tigre en peluche. Ses seules relations sociales se bornent :
– à ses parents avec qui il est souvent en confrontation.
– Susie, sa voisine qui ne le comprend pas et le trouve bizarre.
– Moe, un camarade de classe qui le harcèle et use contre lui de violence.
De plus, Calvin se retrouve aussi en échec scolaire au vue de ses mauvaises notes et de son comportement qui le font régulièrement atterrir dans le bureau du Directeur, d’où sa propension à s’échapper de la réalité grâce à son imagination et à sa relation avec son tigre.

En conclusion, Calvin et Hobbes est une bande dessinée qui vaut le détour par son humour fin et savoureux. Elle possède également deux échelles de lecture qui réjouiront les enfants comme les parents.

Note 4/5

Publicités

8 réflexions sur “Calvin et Hobbes de Bill Watterson

  1. Calvin et Hobbes c’est ma BD préférée, je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis surtout qu’elle est vectrice d’émotion et qu’on s’attache très rapidement à ce tigre en peluche et à ce petit garçon !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s