Soie d’Alessandro Baricco

CVT_Soie_3641.jpeg

Quatrième de couverture :

Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des neufs sains. Entre les monts du Vivarais et le Japon, c’est le choc de deux mondes, une histoire d’amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables. Des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d’une voix, la sacralisation d’un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable.

Editeur : Folio

Nombre de pages : 142

Prix : 6.60€ en format papier et 6.49€ en e-book.

Mon Avis :

Il y a des moments où j’ai besoin de lectures légères, courtes et propices à l’évasion. Et Soie était tout trouvé pour cela. J’ai, en effet, profité d’un déclassement de la bibliothèque d’une collègue pour me le procurer. Cela fait un moment que j’en entends parler et je l’ai souvent vu figurer parmi « les cent romans qu’il faut avoir lus dans sa vie ». Pour ma part, je dois dire que sa réputation n’est pas usurpée car Soie a été un véritable coup de cœur.

Au milieu du XIXème siècle, la culture du vers à soie connaît une crise majeure. En cause ? Une terrible épidémie, la pébrine détruit les œufs. Un entrepreneur Hervé Joncour n’a donc pas d’autres choix que de quitter son petit village natale de Lavilledieu, dans le sud de la France et se procurer les œufs plus loin, bien plus loin que l’Égypte encore. Et pour cela, le Japon possède une place de choix : le pays est une île tout d’abord et ne semble pas avoir été affecté par la maladie grâce à son isolement. De plus, un protectionnisme très marqué de la part des gouvernants a tenu à l’écart pendant longtemps toute velléité commerciale venant de l’étranger. Mais, il semblerait que les choses changent et le Japon s’ouvre désormais. Hervé Joncour fera alors quatre expéditions.

Il semblerait que les avis soient très partagés à propos de ce roman dans la blogosphère. Soit on adore, soit on déteste. Et je peux comprendre les détracteurs. Soie est assez lent, répétitif (cyclique je dirai même) et ne donne pas vraiment les clefs pour s’immerger dans le récit. Les descriptions sont d’ailleurs minimalistes que ce soit au niveau des personnages ou des paysages. A charge du lecteur de faire lui-même marcher son imagination ! Alors, dit comme cela, c’est sûr que cela ne donne pas vraiment envie. Pourtant, j’ai terriblement accroché. Certes, j’ai dû davantage développer mon imaginaire (beaucoup plus que d’habitude). Pour le Japon traditionnel par exemple, je me suis servie des images du film Le dernier Samouraï (on fait avec ce que l’on a!) ou Geisha même si ce dernier se déroule dans les années 1930. Cette méthode m’a procuré beaucoup de liberté. Je me suis sentie complètement investie par ce roman au point de ne plus pouvoir le lâcher jusqu’à la fin. L’écriture est très belle aussi, minimaliste encore une fois mais fluide. Et le petit twist de la fin nous ferait presque relire le roman sous un jour nouveau.

En conclusion, Soie m’a littéralement transporté. Je me suis laissée embarquée avec grand plaisir dans ces voyages exotiques. C’est le premier roman d’Alessandro Baricco que je lis mais je ne pense pas qu’il sera le dernier (Novecento : pianiste me fait déjà de l’œil). Et pour l’heure, je compte aussi me plonger dans l’adaptation cinématographique éponyme avec Keira Knightley et datant de 2007.

Note 5/5♥

Publicités

10 réflexions sur “Soie d’Alessandro Baricco

  1. Depuis le temps que j’en entends parler de ce livre… Pas une seule critique négative. Il va devoir remonter un peu dans ma PAL.
    Pour l’instant, j’hésite à commencer la suite des piliers de la terre, vu la sortie prochaine d’un nouveau tome de la Saga. 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Je fais indéniablement partie de la catégorie de ceux qui adore !!! Je suis tombée sous le charme de l’auteur avec ce titre, et depuis les coups de cœur se sont enchaînés.
    « Novecento » est juste magnifique 😍, « Châteaux de la colère » fascinant, « Mr Gwyn » (lu dernièrement) envoûtant… Et je compte bien lire tous les autres !
    J’ai été de nouveau transportée en lisant ta chronique, merci ! Et je l’espère, bienvenue au club 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s