Annihilation, T.1 de Jeff VanderMeer

9782253183785FS

Quatrième de couverture :

« Notre expédition était la première à entrer dans la Zone X depuis plus de deux ans. En regardant ce paysage paisible, je ne pense pas qu’aucune d’entre nous n’en voyait encore la menace ». La Zone X, mystérieuse, mortelle. Et en expansion. Onze expéditions soldées par des suicides, meurtres, cancers foudroyants et troubles mentaux. Douzième expédition. Quatre femmes. Quatre scientifiques seules dans une nature sauvage.
Leur but : ne pas se laisser contaminer, survivre et cartographier la Zone X.

Editeur : Le livre de poche

Nombre de pages : 240

Prix : 7.10€

Date de parution : 20 Septembre 2017

Mon Avis :

Annihilation est le premier tome de la Trilogie du Rempart Sud et je l’ai pioché dans le blog de Lecture 42! Il me l’avait fait découvrir lors de sa chronique du Tome 2. S’il avait pointé des longueurs dans ce dernier, il m’avait tout de même convaincu de lire au moins le tome 1. Je pense d’ailleurs ne pas poursuivre avec le reste de la trilogie mais pas pour les raisons auxquelles vous penseriez.

Aux États-Unis, plusieurs expéditions d’hommes aguerris sont parties explorer la Zone X, lieu d’installation d’une mystérieuse entité qui a exilé les humains, voilà trente ans. Aucun n’a survécu mais le gouvernement persiste et décide alors d’envoyer une douzième expédition composée de quatre femmes : une psychologue, une géomètre, une anthropologue et une biologiste, la narratrice. Elles vont tenter de réussir là où les autres équipes ont échoué : survivre tout d’abord puis essayer de percer les secrets de ce fameux no man’s land. En effet, la Zone X bordée d’une frontière translucide semble s’étendre d’année en année menaçant ainsi l’espèce humaine…

Aussitôt débuté jeudi matin, aussitôt achevé le soir même! Et pourtant, le faible nombre de pages n’est pas l’unique raison de ma boulimie littéraire! Annihilation s’est révélé être parfaitement addictif. L’univers riche et mystérieux stimule constamment l’intérêt et la curiosité du lecteur. Et son ambiance parfaitement bien installée par l’auteur fait monter crescendo autant le suspense que l’effroi au fur et à mesure de la lecture. Il faut dire que les conditions dans lesquelles j’étais plongée n’ont fait que renforcer ces impressions : dans le noir, seule à la maison avec un vent qui soufflait en bourrasque, mon imagination n’a fait que se décupler. Je me suis même surprise à vérifier plusieurs fois si personne ne me surveillait de mon salon plongé dans la pénombre ! Bref, le point d’orgue de cette angoisse dans le récit se situe peu après la moitié du roman lorsque la biologiste doit se rendre seule jusqu’au phare. Sa solitude, les menaces qui pesaient sur elle ainsi que les traces de violence témoignant d’un affrontement passé et sanglant m’ont particulièrement tenu en haleine. Impossible donc de lâcher le bouquin avant de savoir ce qui allait se passer.

Quant aux personnages, leur anonymat (ils sont seulement reconnaissables à leur  fonction) ne m’a pas vraiment permis de s’y attacher ; du coup, quand l’un des membres de l’équipe disparaît, il m’a été difficile de ressentir un peu d’empathie. En revanche, en ce qui concerne la narratrice, si les éléments de son passé révélés au fil de l’intrigue ne m’ont pas paru très intéressants, ils ont au moins le mérite de donner l’impression de mieux la connaître et de s’identifier à elle.

Enfin, j’ai trouvé la chûte du roman (la dernière trentaine de pages) un peu longue et verbeuse. Ne vous attendez donc pas à ce qu’elle vous livre toutes les réponses à vos questions. En revanche, je pense que ce tome se suffit à lui-même et la dose de mystère qui subsiste ne m’a pas déplu. Je resterai donc sur cette impression positive d’autant plus que si la suite possède elle aussi quelques longueurs, j’ai peur d’être déçue. Je ne prendrai donc pas ce risque.

En conclusion, Annihilation est un roman qui selon moi, se suffit à lui-même. Haletant, sombre, mystérieux, bourré de suspense, angoissant, mais très bien amené, c’est une lecture qui je pense, à l’instar de Bird box, va durablement marquer mon esprit. Je ne sais pas vraiment ce que cela va donner mais une adaptation cinématographique avec Nathalie Portman devrait sortir en mars prochain.

Autre Avis : Le BibliocosmeL’ours inculteXapur

Publicités

13 réflexions sur “Annihilation, T.1 de Jeff VanderMeer

  1. J’ai bien aimé aussi mais je te rejoins sur les personnages auxquels j’ai aussi eu du mal à m’attacher (et j’ai également eu un peu de mal avec la fin qui ne nous apprend tout de même pas grand chose…) 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai l’impression qu’il faudrait mieux que je le lise plutôt que je le voie comme je suis assez impressionnable devant les écrans ! ^^’ Les critiques m’intriguent, il est posisble que je le lise à l’occasion.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s