Les châteaux de la Loire (3-4 Août 2018) : 1ère partie

dav
Château de Chenonceau vu du Cher

Coucou tout le monde,

comme promis dans cet article, je reviens vers vous pour vous faire part de ma visite de trois châteaux de la Loire : Chenonceau, Amboise et le Clos-Lucé. J’ai été absolument émerveillée par cette architecture et la région m’a tellement plu que j’aimerais beaucoup y revenir pour des vacances cette fois et non pour une simple étape.

S’il est vrai que les droits d’entrée sont un peu élevés (comptez 14-15 euros environ par château), sachez que les parkings sont au moins gratuits. Et lorsque l’on pénètre à l’intérieur des lieux, leur grandeur et leur magnificence doivent demander beaucoup d’attention et d’entretien de la part de leur propriétaire, ce qui justifie les tarifs onéreux.

Juste pour information, je me suis basée pour l’écriture de cet article sur les fascicules distribués à l’entrée, un beau livre sur les Châteaux de la Loire aux éditions Atlas (les photographies sont belles mais le texte possède beaucoup d’approximations) et l’ouvrage Les châteaux de la Loire de Jean des Cars (très synthétique et bien fait mais il lui manque des photographies et des plans des bâtiments).

F2873B23-6A2B-4889-8A1E-1B381763671B

Allez, c’est parti pour la première partie de la visite : Chenonceau!

dav
Château de Chenonceau vu du Jardin de Catherine de Médicis

A l’origine de l’emplacement, se tenaient un moulin et un château fort appartenant à la famille des Marquès dont il reste encore aujourd’hui le donjon, visible à l’entrée. En effet, à l’époque de la Guerre de Cent ans (XIV-XVème siècle) qui a opposé les Français aux Anglais, la région était un lieu stratégique.

Tour des Marquès réaménagée à la Renaissance

Puis, en 1499, le domaine de Chenonceau est racheté par un riche bourgeois de Tours, Thomas Bohier. Il détruit le château fort et reconstruit sur les soubassements du moulin, un château d’apparât dans le style de la Renaissance. C’est son épouse Katherine Briçonnet qui a la charge des travaux. Leur devise « S’il vient à moi, m’en souviendra » (qui signifie « si je parviens à construire Chenonceau, on se souviendra de moi ») et leur monogramme TBK sont encore visibles, notamment dans la salle des armes, au rez-de-chaussée.

dav
Entrée du Château de Chenonceau (À gauche, la Chapelle)

En 1535, le Château de Chenonceau est saisi par le Roi François 1er ; en cause, un scandale financier dans lequel la famille Bohier aurait trempé. A la mort de son père en 1547, Henri II décide alors d’en faire cadeau à sa maîtresse Diane de Poitiers. Cette dernière va considérablement développer le domaine, notamment en créant un jardin de 1,2 ha sur la rive droite et en faisant construire un pont sur le Cher.

dav
Jardin de Diane de Poitiers

A l’intérieur du Château, la présence de Diane se matérialise par la présence de tableaux la représentant en déesse romaine de la Chasse, au nom éponyme, ou par son monogramme, deux D enchâssés dans un H (pour Henri II).

Mais, le jeune Roi meurt lors d’un tournoi, en 1559. Son épouse légitime Catherine de Médicis décide alors de reprendre à son ancienne rivale le château de Chenonceau en échange de celui de Chaumont et lui somme de rendre les bijoux de la Couronne. La Reine devenue Régente, gouverne la France de son château et plus particulièrement du cabinet vert. Elle conserve le monogramme de Diane de Poitiers car les lettres peuvent aussi former deux C entrelacés autour de la lettre H.

dig
Monogramme de Diane de Poitiers avec les deux D entrelacés autour du H mais de manière plus ambigüe, les deux lettres peuvent former également le C de Catherine de Médicis.

Elle va également modifier l’aspect de sa résidence en faisant construire une galerie de deux étages, au-dessus du pont de Diane de Poitiers. De somptueuses fêtes y seront d’ailleurs organisées.

dav
Galerie du pont d’inspiration italienne

Catherine de Médicis fait aussi aménager son propre jardin. Plus petit que celui de Diane (5500 m2), il n’en reste pas moins raffiné. Elle est également à l’origine du labyrinthe situé dans la forêt et d’une ménagerie ainsi que d’une volière, près de l’entrée du Château.

sdr
Jardin de Catherine de Médicis

En 1733, le château est acheté par un certain Claude Dupin. Son épouse, Louise Dupin, fille d’un banquier, se distingue pendant le Siècle des Lumières par ses salons littéraires dans lesquels elle accueille entre autres Voltaire ou Montesquieu. Rousseau devient d’ailleurs son secrétaire particulier et le précepteur de son fils. Lors de la période trouble de la Révolution, le Château est sauvé car non seulement il était un pont reliant Montrichard à Bléré mais aussi parce que Louise Dupin a fait remplir de bois la Chapelle du Château effaçant par là le caractère religieux du bâtiment. Sa petite-fille se distinguera elle aussi par les lettres et sera connue sous le nom de George Sand!

dav
Portrait de Louise Dupin

En 1913, Chenonceau change une dernière fois de main pour être acheté par le chocolatier Henri Menier. Pendant la Première Guerre Mondiale, il transforme la grande galerie en hôpital pouvant accueillir plus de 2000 blessés. C’est son épouse et infirmière, Simone Menier qui l’administre. Enfin, pendant la Seconde Guerre Mondiale, le Cher devient la ligne de démarcation entre la zone occupée et la zone libre. De nombreuses personnes passant par le Château trouveront refuge en zone libre.

Vous l’aurez compris, ce sont les femmes qui ont fait l’Histoire de Chenonceau! Le deuxième étage de la grande galerie leur a d’ailleurs consacré une exposition des plus intéressantes. J’espère que cet article vous aura plu et je vous donne rendez-vous pour la suite des Châteaux de la Loire : Amboise et le Clos-Lucé.

dav
Chenonceau vu de l’autre côté du Cher

10 réflexions sur “Les châteaux de la Loire (3-4 Août 2018) : 1ère partie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s