Dragon de Thomas Day

D0501FE0-DB0E-46C0-BDFF-25DA0A88E752

Quatrième de couverture : 

Bangkok. Demain.
Le régime politique vient de changer.
Le dérèglement climatique global a enfanté une mousson qui n’en finit plus.
Dans la mégapole thaïlandaise pour partie inondée, un assassin implacable s’attaque à la facette la plus sordide du tourisme sexuel. Pour le lieutenant Tannhäuser Ruedpokanon, chargé de mettre fin aux agissements de ce qui semble bien être un tueur en série, la chasse à l’homme peut commencer. Mais celui que la presse appelle Dragon, en référence à la carte de visite qu’il laisse sur chacune de ses victimes, est-il seulement un homme ?

Editeur : Le Bélial

Nombre de pages : 160

Prix : 8,90€

Date de publication : 14 Janvier 2016

Mon Avis :

J’ai profité de l’offre du Bélial (pour deux livres achetés dans la Collection Heure-lumière, un Hors série est offert du 6 septembre au 31 octobre 2018) pour découvrir de nouveaux auteurs. Du coup, ce n’est pas deux mais quatre livres que j’ai achetés! Et Dragon de Thomas Day en faisait partie car au moment de sa sortie, il avait fait l’objet d’une lecture commune parmi les lecteurs SFFF sur le site de Babélio.

Dans une Bangkok en proie aux dérèglements climatiques, le lieutenant Tannhäuser Ruedpokanon (Tann pour les intimes), enquête sur un serial killer qui signe ses crimes d’une carte avec un dragon imprimé dessus. Ses victimes ne sont pas le fruit du hasard. Au contraire, elles semblent toutes impliquées à des degrés divers dans les réseaux de prostitution pédophile, du souteneur au client. S’ensuit alors un jeu du chat et de la souris entre le Dragon et Tann.

Ce qui frappe de prime abord, c’est le lien très ténu qui relie cette novella avec les Littératures de l’Imaginaire. Certes, la Bangkok dépeinte par Thomas Day s’inscrit dans un futur proche et les catastrophes climatiques dont elle est la victime (montée des eaux et inondation constante d’une partie de la ville) sont la suite logique et exacerbée de ce qui se passe actuellement dans notre monde (notamment avec la fonte des glaces aux pôles qui font augmenter le niveau de la mer). Le côté «Imaginaire » apparaît donc comme un prétexte pour dénoncer les problèmes environnementaux d’aujourd’hui.
En revanche, la novella s’inscrit davantage dans le genre policier/thriller et à ce titre, elle m’a beaucoup fait penser à Dragon rouge de Thomas Harris, publié en 1981 et préquel du Silence des Agneaux. Le titre n’est pas seul en cause, c’est surtout le fait que dans les deux romans, les meurtriers se font tout deux posséder par un dragon pour commettre leur crime.

De plus, grâce à une écriture fluide et immersive, Thomas Day nous livre un texte âpre, dur, violent mais très efficace. La construction du récit sous forme de puzzle est très maîtrisée. En effet, vous le remarquerez peut-être, mais un chiffre introduit le titre de chaque chapitre et ils ne sont pas dans l’ordre. En réalité, si vous reprenez chaque chapitre en suivant l’ordre numérique, vous retracerez la trame du récit de manière chronologique mais vous n’aurez plus de surprise. Quant au sujet sur la prostitution infantile, Thomas Day non seulement dénonce cette pratique sordide en Thaïlande mais incite aussi le lecteur à réfléchir sur la question. En effet, devant le silence des autorités locales, leur manque de moyens au mieux ou leur corruption au pire, comment lutter? Même si l’on n’est pas favorable à la peine de mort, ne se dit-on pas à un moment donné que le client étranger venu profiter de l’exploitation sordide d’enfants ou le maquereau/maquerelle, tenanciers du bordel ne méritent-ils pas d’être mis hors d’état de nuire définitivement par le dragon?

En conclusion, la novella Dragon de Thomas Day est crue et possède quelques passages difficiles. Mais, elle s’avère également parfaitement maîtrisée et efficace. Elle est aussi un prétexte pour dénoncer des préoccupations environnementales et la prostitution infantile dans l’Asie du Sud-Est. Bref, la collection Heure-Lumière du Bélial nous livre encore un texte de qualité! C’est le deuxième opus de l’auteur que je lis (il est scénariste du comics Juste un peu de cendres avec Aurélien Police, aux illustrations) et je pense m’intéresser davantage à sa production.

Autres avis : AlbédoL’èpaule d’Orion

Publicités

18 réflexions sur “Dragon de Thomas Day

  1. J’avais hésité à le prendre aux Imaginales et j’en ai même parlé avec Thomas Day. Le sujet est difficile et j’ai peur d’avoir du mal avec certaines scènes.
    Si tu veux lire d’autres livres de l’auteur, je te conseille La voie du sabre (sur le japon médiéval) ou 7 secondes pour devenir un aigle un excellent recueil de nouvelles sur l’écologie.
    Je pense que tu devrais apprécier Wika aussi en BD.

    Aimé par 1 personne

    1. Wiki, je trouve déjà les dessins absolument sublimes. Je pense que je devrais regarder s’il est à la Bibliothèque pour me familiariser avec le style. Quant aux deux autres œuvres de Thomas Day, je ne connais pas. Merci pour la suggestion!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s