Léonard de Vinci, L’IndOmptable d’Henriette Chardak

4C897380-C387-4D2B-93F5-19B1DD6B1062

Quatrième de couverture :

Portrait intime d’un génie. Léonard de Vinci demeure le génie de tous les temps. Homme d’esprit universel, artiste peintre, sculpteur, poète, écrivain, philosophe, musicien, scientifique, ingénieur-inventeur, anatomiste… Qui est-il en vérité ? Au début du XVIe siècle, au terme de sa vie, Léonard de Vinci, génie, artiste pluriel et homme de science, quitte l’Italie où il fut reconnu par ses pairs, mais surtout moqué, accusé, rejeté, détesté, incompris…
François Ie l’accueille, le protège à Amboise et le nomme premier peintre de la Cour. Le roi de France et sa mère Louise de Savoie partagent plusieurs secrets avec lui : l’origine du linceul du Christ, l’identité de la Joconde et un projet fou : une ville nouvelle. Enfin admiré et choyé, Léonard de Vinci revisite son passé, le scénario chaotique de sa vie. Très tôt arraché à sa mère aux origines étranges par un père notaire et sans scrupules, il ne peut espérer étudier à l’université pour cause de bâtardise…
Placé dans un atelier d’art de Florence, tous, maître et apprentis, remarquent sa taille de géant et ses talents de peintre ambidextre. Magnétique, beau, drôle, insolent, secret, il est toujours dans l’oeil du cyclone de l’Histoire, tel une star moderne. Proche des Médicis qu’il déteste, ami de Botticelli et de Machiavel, il observe le monde en annonciateur du futur. Chassé de Florence, c’est à Milan que Ludovic Sforza lui réclame des projets d’armes de guerre et non de paix.
On l’utilise, on le méprise, on le pille… Il prône l’amour et la bonté. Mais qui écoute cet humaniste et poète qui réinvente le monde ? Il signait souvent IO, car sa plus grande richesse fut d’être simplement lui et personne d’autre !

Editeur : Vents d’Histoire

Nombre de pages : 670

Prix : 24,50€

Date de publication : 24 Janvier 2019

Mon Avis :

Le 2 mai prochain, nous allons commémorer les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci et plusieurs évènements sont organisés à cette occasion en Italie comme en France. Aussi, à Turin, une exposition au Musée royal lui sera consacré dès le mois d’avril jusqu’en juillet et au Louvre, dès octobre jusqu’en février 2020. Autant dire que je vais bien en profiter car avec Botticelli, Leonard de Vinci est l’un de mes peintres préférés de la Renaissance italienne. La sortie du livre Léonard de Vinci, l’IndOmptable d’Henriette Chardak tombe à propos et c’est à ce titre que je l’ai sélectionné lors de la dernière Masse critique de février. Je remercie donc Babélio et les éditions Vents d’Histoire pour me l’avoir envoyé.

En 1516, Leonard de Vinci a 64 ans lorsqu’il s’installe à la cour de France. Le roi François 1er lui offre alors le château des Cloux (Château du Clos-Lucé, aujourd’hui), situé non loin de son palais royal d’Amboise.  S’ensuit une relation filiale affectueuse emplie de respect mutuelle et d’admiration entre les deux hommes. Sentant sa fin proche, l’artiste et ingénieur se remémore sa vie.
Le 15 avril 1452, naît Leonard à Anchiano (près de Vinci), fils illégitime d’une esclave orientale Chataria et du notaire Piero da Vinci. Toute sa vie, il souffrira de son statut de bâtard, son père ne lui offrant que peu d’attention et d’amour. Pourtant, ce dernier remarque le talent précoce du jeune Léonard et sa curiosité insatiable. En 1469, il décide alors de le placer en tant qu’apprenti dans l’atelier de son célèbre ami Verrochio, peintre et sculpteur, à Florence. Leonard fait preuve d’un talent extraordinaire ; la légende veut même que son maître ait arrêté de peindre lorsqu’il aurait vu le drapé de l’ange figurant dans Le baptême du Christ. Dans la bottega, Léonard fréquente d’autres peintres connus comme Sandro Botticelli, le Pérugin ou Domenico Ghirlandaio.
Son talent confirmé, il ne tarde pas à recevoir de plus en plus de commandes personnelles et en 1478, il quitte son maître pour se mettre à son propre compte. Le jeune homme curieux se passionne pour d’autres domaines que la peinture comme l’architecture, les mathématiques, l’anatomie, la mécanique etc… : bien qu’il n’ait pas reçu d’éducation classique (comprenant le latin et le grec mais surtout l’étude des auteurs antiques), Leonard de Vinci est un autodidacte et base principalement ses connaissances sur l’observation, un procédé révolutionnaire à l’époque.
A partir de 1482, Leonard décide de quitter Florence et se met au service de Ludovico Sforza, dit le More, à Milan. Si le jeune homme se présente comme un ingénieur (ses talents allant de la création d’armes pour la guerre à l’invention de marionnettes mécanisées lors de fêtes en passant par l’ingénierie civile et l’érection de digues et de ponts), il est toutefois peu pris au sérieux par ses contemporains. En effet, Léonard se veut hors-norme de par sa taille (2.02mètres) et de par ses idées dites farfelues mais au final, ne sont-elles pastout simplement, en avance sur leur temps ?

Il m’aura fallu plus de dix jours pour venir à bout de ce colosse! Car Léonard de Vinci l’IndOmptable est exigent par sa taille (presque 700 pages en grand format), son poids (plus de 800g) et son contenu ! En effet, le livre ne possède pas un style d’écriture très fluide et il convient de s’accrocher à sa lecture surtout dans les cent premières pages. D’ailleurs, ce sont les dialogues qui m’ont posé le plus de problème au début car ils me sont apparus peu naturels, décousus voire parfois un peu verbeux. Passée cette impression négative de départ, j’ai finalement beaucoup apprécié ma lecture.

D’une part, l’auteure a parfaitement su capter l’essence même de ce personnage hors-norme et l’analyse psychologique s’avère être fine. Léonard de Vinci fascine autant qu’il effraie. Toujours en manque d’affection, il est en éternelle quête de reconnaissance. Idéaliste, il invente des machines ingénieuses pour fasciner son public mais aussi pour améliorer la vie de ses contemporains. Perfectionniste, il souhaite atteindre un idéal mais est parfois incapable de finir une œuvre par peur de l’échec.

D’autre part, le roman est non seulement très bien documenté comme en témoigne l’impressionnante bibliographie à la fin mais fait également état des dernières théories sur Léonard de Vinci. Je citerais par exemple l’ouvrage de La fortune est un fleuve de Roger D. Masters. Ainsi, Henriette Chardak reprend l’idée que Léonard de Vinci aurait bien rencontré à plusieurs reprises le secrétaire et chancelier florentin Machiavel pour un projet commun : en effet, dans le cadre de la guerre qui opposait Florence à Pise, les deux hommes souhaitaient détourner le cours du fleuve Arno pour assécher le port de Pise et faire de Florence, un port de mer. D’autres récentes théories sont mises en avant également mais j’avoue être plus rétives : Chataria, la mère de Léonard de Vinci serait ainsi une esclave d’origine indienne (étude datant de 2006) et le peintre ingénieur, le créateur du Saint Suaire (Étude datant de 1994). Si ces deux théories sont séduisantes, je reste prudente dans l’attente de me renseigner davantage et de me faire ma propre opinion. Enfin, le roman est très exhaustif car non seulement le lecteur suit année par année la vie de Léonard de Vinci mais il a aussi l’occasion de découvrir une grande partie de son œuvre artistique, scientifique et ingénierique.

En conclusion, ma lecture de Léonard de Vinci, l’IndOmptable d’Henriette Chardak a été difficile et peu fluide en raison du degré d’exigence demandé par l’ouvrage. Mais, finalement, je l’ai beaucoup apprécié en raison de sa richesse, de son exhaustivité et de sa sérieuse documentation. Si à l’occasion des 500 ans de la mort de Léonard de Vinci, vous souhaitez en savoir plus sur lui, deux choix s’offrent à vous :
– si vous êtes en phase de découverte de l’œuvre et de la biographie de l’artiste-ingénieur, je vous conseillerai plutôt une autre lecture : Léonard de Vinci de Sophie Chauveau.
– si au contraire, vous êtes un lecteur aguerri, vous pouvez vous lancer dans le roman d’Henriette Chardak.

3 réflexions sur “Léonard de Vinci, L’IndOmptable d’Henriette Chardak

  1. Léonard de Vinci me passionne depuis plusieurs années (depuis mon premier séjour à Florence en fait ^^) ! J’ai lu le livre de Sophie Chauveau, et celui-ci me conviendrait parfaitement pour accroître mes connaissances sur ce génie *_* Un grand merci à toi 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s