Le livre perdu de Léonard de Vinci de Francesco Fioretti

F01F4C46-D325-4B85-BF52-A22EBB7B6A91
Quatrième
de couverture :

Milan, 1496. Léonard de Vinci attend avec impatience de rencontrer le frère Luca Pacioli, célèbre mathématicien dont il espère apprendre beaucoup. Pour Léonard, qui s’intéresse depuis toujours à toutes les formes du savoir, les mathématiques, dont l’étude ne lui a pas été possible, représentent la science souveraine.
Mais suite à l’assassinat d’un moine et au vol d’anciens textes byzantins qui sont d’un intérêt inestimable pour les mathématiques, les deux hommes voient leurs projets perturbés. De Milan à Venise, de Florence à Urbino, à travers une Italie où s’achève l’époque pacifique de Laurent de Médicis et des Sforza, ils se lancent sur les traces de l’assassin et des textes volés.

Editeur : HC Editions

Nombre de pages : 254

Prix : 22,00€

Date de publication : 11 Avril 2019

Mon Avis :

Lorsque j’avais vu ce roman sur la newsletter des éditions Hervé Chopin, j’ai croisé les doigts pour qu’Agnès Chalnot (que je remercie au passage ainsi que la maison d’édition pré-citée pour l’envoi du livre) me le propose en service presse. Quelle ne fut pas ma joie lorsque ce fut le cas, attendant impatiemment de recevoir l’ouvrage et de me jeter dessus! Ce n’est plus un secret pour vous mais j’adore Leonardo da Vinci et avec les 500 ans de sa mort, le 2 mai dernier, j’espérais la sortie d’un grand nombre de parutions sur lui ainsi que des expositions. Malheureusement, Le livre perdu de Léonard de Vinci de Francesco Fioretti a été une telle déception que – chose rare – je l’ai abandonné au bout de seulement 70 pages…

Leonardo da Vinci et son apprenti Gian Giacomo Caprotti surnommé Salaï sont à la Cour du duc de Milan, Ludovico Sforza, depuis plus de quinze ans. En effet, en 1482, Lorenzo il Magnifico de Florence avait décidé d’envoyer l’un de ses meilleurs artistes à son homologue milanais afin qu’il travaille pour lui tout en espérant ainsi entretenir des relations privilégiées. Mais, Leonardo a vu là l’occasion de se faire  reconnaître comme ingénieur et dans une lettre adressée à Ludovico, il décide de se présenter comme tel. Aussi, lorsqu’en 1496, le frère et mathématicien Luca Pacioli arrive à la cour du Duc, Leonardo brûle d’envie de le rencontrer. Les deux hommes se lient d’amitié et décident d’un projet commun en mathématique. Mais, ce dernier est vite perturbé par le meurtre d’un moine dans le monastère où Pacioli résidait ainsi que par le vol de textes byzantins d’un intérêt inestimable…

Alors, 70 pages me direz-vous, c’est bien peu pour juger d’un livre. Et vous avez parfaitement raison mais lorsque vous vous surprenez à pester à voix haute, je pense qu’il est temps d’arrêter. Et je dois dire que ce livre m’a autant exaspéré sur le fond que sur la forme :

Sur la forme, je n’ai pas du tout accroché au style littéraire. Je ne sais pas si c’est l’écriture de Francesco Fioretti qui est cause ou celui de sa traductrice Chantal Moiroud mais, je citerai deux exemples :
– l’emploi de mots anachroniques comme « minimaliste » (p. 60) pour qualifier l’ameublement très simple d’un franciscain ou « hallucinogène » (p. 65) afin de désigner l’état d’un moine après un long traitement au pain et à l’eau. J’avoue que cela m’a un peu gêné dans ma lecture d’autant plus que ce vocabulaire m’apparaît très étrange dans un contexte de XVème siècle.
– l’emploi de mots redondants. Je vous citerai surtout celui-ci qui m’a le plus marqué :

Mais ce sont des cadavres desséchés, marqués par la faim ; celui-ci au contraire, est un étranger mort de mort violente, pour une fois, un organisme en pleine force physique. (P. 67)

Admettons que le texte original fasse mention de ces deux mots mais en français, cela sonne plutôt mal. Pourquoi ne pas avoir mis « celui-ci au contraire, est un étranger qui a succombé à une mort violente »?

Ensuite, j’ai trouvé l’intrigue peu subtile. En effet, Francesco Fioretti introduit de trop très nombreuses descriptions :
– du décor comme celle de l’atelier de Leonardo par Pacioli et notamment l’inventaire de tous les objets qui se trouvent sur les tables (p. 45).
– de tableaux du peintre comme La Vierge aux Rochers (p. 46). D’ailleurs, à ce propos, j’ai regretté que Francesco Fioretti ne fasse que la description de ce tableau ; au contraire, j’aurais trouvé plus intéressant qu’il en fasse une interprétation.
– de concepts mathématiques trop nébuleux pour moi comme les figures géométriques d’Euclide (p. 63).
Non seulement ces descriptions cassent le rythme du récit mais elle l’appesantissent. J’ai trouvé cela vraiment dommage.

Enfin, les personnages ont des réactions qui me sont apparues peu naturelles. Par exemple, lorsque Pacioli annonce le meurtre du moine à son ami Leonardo, ce dernier part dans des réflexions complètement fantaisistes qui n’ont rien à voir avec le propos de départ :

(Luca Pacioli)
– Maître Léonard, je vous le dis, mais je vous prie de n’en parler à personne. (…) Il y a eu un crime, dans une autre cellule qui donne sur le même couloir : un confrère Edigio de Rimini (…) a été trouvé mort dans sa cellule, frappé de deux coups de poignard par un visiteur inconnu. Il a été agressé par-derrière, quand il rentrait dans sa chambre, l’homicide lui a fermé la bouche et dans un même geste, il l’a poignardé dans le dos le tuant instantanément, d’un coup violent avec une lame bien affilée, dans la nuque, à la base postérieure du crâne…
(Leonardo da Vinci)
– Le siège de l’âme…
– Que dites-vous?
– Non rien, répondit Léonard. C’est quelque chose que je pensais quand j’étais gamin, lorsque, avec mes camarades à Vinci, nous nous amusions à tourmenter les lézards ou les grenouilles. La grenouille dont on perfore la moelle sur le dos meurt sur le champ. Plus rapidement que si on la frappe au coeur ou dans n’importe quelle autre partie du corps. Plus tard, en découpant des corps humains, j’ai observé les nerfs qui en sortent. Ce n’est pas le coeur qui est le siège de l’âme sensitive, comme le dit Aristote. (P. 64-65)

En conclusion, je n’ai pas du tout aimé ce livre et à l’issue d’un avis négatif, il est même très rare que je n’arrive pas à rééquilibrer mon propos grâce à quelques éléments positifs. J’ai trouvé cet ouvrage maladroit autant sur sa forme que sur le fond. Bref, je ne le recommande pas du tout. En revanche, si dans le cadre des 500 ans de la mort de Leonardo Da Vinci, vous souhaitez en savoir plus sur lui, je vous conseille les lectures de Léonard de Vinci de Serge Bramly ou Léonard de Vinci de Sophie Chauveau qui sont tous les deux excellents.

2 réflexions sur “Le livre perdu de Léonard de Vinci de Francesco Fioretti

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s