#PLIB2020 : La forêt des araignées tristes de Colin Heine

75685457-1839-4BA2-9DAA-B9762E27BA75

Quatrième de couverture :

Bastien est paléontologue : sa spécialité ? Etudier les créatures étranges qui naissent de la vape, ce mystérieux brouillard aux propriétés énergétiques extraordinaires qui a recouvert le monde et menace de l’engloutir un peu plus chaque jour. Tour à tour victime d’un dramatique accident en apparence banal duquel il réchappe de justesse et témoin d’un attentat, où sa survie ne tient à nouveau qu’à un fil, il voit son destin basculer.
Le voilà pris dans l’engrenage d’une affaire d’espionnage d’envergure internationale, sous les feux croisés d’une société secrète d’assassins, de brutes armées et d’une agence de détectives aux méthodes douteuses. Sans compter qu’une créature cauchemardesque, tout droit venue des Vaineterres, ces zones perdues dans un océan de vape, semble bien décidée à lui faire la peau…

Editeur : ActuSF

Nombre de pages : 488

Prix : 19,00€

Date de publication : 7 février 2019

#ISBN9782366299625

Mon Avis :

Lorsque les éditions ActuSF que je remercie au passage, m’avaient proposé La forêt des araignées tristes en service presse, j’étais très enthousiaste à l’idée de découvrir ce premier roman de Colin Heine. En effet, le titre mystérieux et poétique, la couverture très réussie de Dogan Oztel ainsi que l’univers steampunk m’avaient immédiatement attirée laissant présager une lecture sous les meilleures auspices. Malheureusement, mes attentes ont été quelques peu ébranlées.

Au XIXème siècle, la Gallande évolue non seulement au rythme d’une géopolitique compliquée avec son voisin la Germanie mais doit aussi s’adapter suite à une catastrophe écologique. Cette dernière a eu pour principal effet une brume appelée vape qui a recouvert une bonne partie de son territoire et qui semble abriter des créatures étranges, voire menaçantes. Les hommes ont donc dû s’en protéger et construire en hauteur mais surtout grâce à leur habileté, ils ont su en tirer une énergie sur laquelle leur société est désormais basée. Tout fonctionne grâce à la vape : des moyens de transport (comme les tireurs, sorte de tramway volant qui relie les différents lieux de la ville) aux technologies comme les caméras.
Dans la capitale Gale, Bastien De Corville est un jeune paléontologue naïf et idéaliste, en quête d’écriture d’un livre scientifique. Mais un jour, alors qu’il participe à l’Omniexposition, il monte à bord d’un tout nouveau prototype de dirigeable qui se conduit seul. Malheureusement, l’appareil endommagé à cause d’une gargouille lubrique finit dans les eaux du lac. Bastien s’en sort alors par miracle mais il se retrouve bien vite plongé dans une aventure qui le dépasse.

Avant de débuter ma lecture, j’avais en tête deux chroniques négatives et une autre un peu plus mitigée au sujet de ce roman. Malheureusement, je rejoins l’avis de mes camarades sur certains points négatifs :
un titre et une couverture peu en adéquation avec le contenu du roman. Il est vrai que les araignées ne constituent pas la trame principale du récit et sont finalement très peu présentes. Quant à la forêt dépeinte dans la couverture, elle ne constitue qu’un tout petit passage, la grande partie du roman se situant plutôt dans un cadre urbain et à Gale.
– un personnage principal un peu béotien. En fait, je pense que l’idée de départ de l’auteur était de rendre Bastien idéaliste ou naïf pour que le lecteur ressente de l’empathie vis à vis de lui. Le problème, c’est que dans certaines scènes, son angélisme s’apparente davantage à de la stupidité! J’ai en tête deux exemples : le premier lorsqu’il se rend auprès du commanditaire de l’accident du dirigeable… avec la preuve qui l’incrimine! Quant au second, sa propre gouvernante doit lui expliquer en détail la théorie selon laquelle, l’accident ne serait peut-être pas aussi fortuit qu’il en avait l’air.
– une intrigue bancale et décousue. Je pense qu’il s’agit là du plus gros défaut du roman. J’avais le sentiment que l’intrigue partait dans tous les sens avec des personnages (comme le frère de la gouvernante) faisant leur apparition soudainement pour ne plus réapparaître par la suite ou d’autres arrivant comme un cheveu sur la soupe en plein milieu pour finalement jouer un rôle assez important (Angela, par exemple). Quant à l’accident du dirigeable en début de roman, je n’ai pas été vraiment satisfaite par les explications données. En effet, quel était finalement le but du commanditaire? Ne sciait-il pas la branche sur laquelle il était assis? Ai-je raté un épisode?

En revanche, le roman possède suffisamment de qualités pour avoir tenu mon intérêt en éveil.
– un style d’écriture enjoué. Le roman est parsemé d’expressions assez drôles et teintées d’un humour percutant.

Il (Bastien) est en train de perdre conscience.
Ou bien de tomber inconscient? Quelle est l’expression la meilleure? Celle qui correspond le mieux à sa situation? Bastien hésite.
Finalement, il décide de s’évanouir. (P. 22)

– un univers Belle Époque facile à se représenter. L’un de mes courants artistiques préférées est l’Art Nouveau et grâce aux descriptions de Colin Heine, je n’ai vraiment pas eu de mal à me représenter la ville de Gale. En effet, il fait souvent référence à des structures en métal ou à des motifs végétaux stylisés typiques de ce courant artistique. Si l’intrigue se déroule en 1878, je dirais en revanche que l’univers correspondrait davantage à nos années 1890-1900. J’ai adoré également les descriptions du dirigeable le Gigantique qui m’a beaucoup fait penser au Titanic. 
– des messages à faire passer. Enfin, j’ai apprécié le fait que l’auteur dénonce des faits de société dans son roman comme les préoccupations écologique (l’émergence de la vape serait l’effet désastreux des activités humaines) et sociale (la présence d’une discrimination spatiale : les classes les plus défavorisées se trouvent en bas de la ville de Gale, au plus près des dangers de la vape tandis que les classes les plus aisées sont à l’abri dans les hauteurs).

En conclusion, je reste mitigée à l’issue de ma lecture. En effet, le personnage principal un peu stupide et l’intrigue bancale m’ont freiné. Toutefois, pour un premier roman, l’univers m’a paru vraiment intéressant et les messages écologique et sociale cohérents. Il y a fort à parier que je laisserai une seconde chance à l’auteur pour un prochain opus.

Autres avis : Blackwolf, Célindanae et l’Ours inculte.

12 réflexions sur “#PLIB2020 : La forêt des araignées tristes de Colin Heine

  1. Bon allez, il faut bien que je le commence, mais j’avoue que je suis douchée par les différentes chroniques que j’ai lu, la tienne comprise ^^ Même s’il y a des aspects positifs, j’ai peur que la naïveté du personnage m’agace très vite :s

    Aimé par 1 personne

  2. Tu conclues comme le troll et Manon sur ce livre. Confirmation que ce ne sera pas sur l’une de mes étagères. Dommage mais je préfère économiser pour porter mon attention sur d’autres pépites. Merci pour ce retour !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s