Dans ma PAL : Juillet 2020

D757348C-44A7-4A81-8600-54D71E508651

Coucou tout le monde,

comme convenu dans mon article d’hier, je vais vous présenter ma PAL de Juillet. Cette dernière sera un peu plus modeste que d’habitude car mon blog va prendre des vacances bien méritées du 27 Juillet au 9 Août. Pendant ces deux semaines, je vais tout de même lire et écrire des articles mais ces derniers ne seront publiés qu’après la reprise. S’il y a des commentaires, j’y répondrai probablement, peut-être avec un peu de retard. En revanche, je suspendrai la lecture des articles des autres blogs.

Allez, c’est parti!

B4228AB7-4240-437B-90F7-DC5757FDD92F

La fin des étiages (Tome 2) de Gauthier Guillemin chez Albin Michel Imaginaire. Service Presse

Quatrième de couverture :

On l’appelle le Voyageur. Il a quitté le village de son épouse, Sylve, pour honorer une dette ancienne, pour retrouver les mers et les océans depuis trop longtemps perdus. Et il a disparu. A-t-il été capturé ou tué par les Fomoires, s’est-il égaré, continue-t-il son voyage vers les rivages ? Au village, nul ne le sait. Neuf mois après le départ de l’homme qu’elle aime, trop inquiète pour rester sans rien faire, Sylve décide de partir à sa recherche, d’affronter une forêt où les merveilles se disputent aux dangers.
Depuis qu’il a posé ses valises, Gauthier Guillemin est directeur adjoint de collège. Dans La Fin des étiages, qui fait suite à son premier roman, Rivages, il nous emmène encore plus profondément dans le Dômaine et nous fait découvrir la capitale des Nardenyllais. Là, commence à réapparaître une technologie qu’il aurait sans doute mieux valu laisser dans l’oubli.

F2A9EFCC-6735-40BF-9A59-856814945CE9

Rouge, Histoire d’une couleur de Michel Pastoureau chez Points Histoire

Quatrième de couverture : 

Le rouge est en Occident la première couleur que l’homme a maîtrisée : ainsi elle est longtemps restée la couleur  » par excellence « , la plus riche du point de vue matériel, social, artistique, onirique et symbolique. Admiré des Grecs et des Romains dans l’Antiquité, le rouge prend une forte dimension religieuse au Moyen Age. Mais il est aussi, dans le monde profane, la couleur de l’amour, de la gloire et de la beauté, comme celle de l’orgueil, de la violence et de la luxure.
Au XVIe siècle, les morales protestantes partent en guerre contre le rouge, couleur indécente et immorale, liée aux vanités du monde. Dès lors, partout en Europe, rouge est en recul. Toutefois, à partir de la Révolution française et ce jusqu’à nos jours, le rouge devient politique : c’est la couleur des forces progressistes ou subversives.

4A679006-C333-48DD-9250-9DC91BC19E33

Sur Mars d’Arnaud Pontier, chez 1115 éditions

Quatrième de couverture :

Et soudain, c’est l’écrasement. Une pression quatre fois supérieure à la gravité terrestre, qui nous plaque sur la couchette. Je crois mourir. Que mes yeux sortent de mes orbites. Que mon coeur va exploser dans ma poitrine. Et puis, au bout de deux minutes trente, un arrêt brutal, à l’inverse, nous propulse en avant, fait décoller nos épaules, malgré les sangles qui nous attachent. Avec l’arrachement de la coiffe de protection, la lumière nous envahit alors dans un bruit sourd : l’éjection de notre tour de sauvetage.
Tout va bien. Tout se déroule comme prévu. Nous avons survécu au lancement. Le baril de poudre sur lequel nous étions assis n’a pas explosé. Il a rempli sa mission : nous sommes libérés de l’attraction terrestre.

F7BB789D-A0D4-4607-9719-F74AEB63BB2C

Les secrets de la licorne de Michel Pastoureau et Elisabeth Taburet-Delahaye, chez RMN

Quatrième de couverture : 

Décrite pour la première fois cinq siècles avant notre ère, la licorne a longtemps intrigué les zoologues, attiré les voyageurs, séduit les artistes et fait rêver les poètes. Mais cet animal composite, qui emprunte une partie de son anatomie au cerf, au bouc, à la jument, voire à l’âne, au lion ou à l’éléphant, existe-t-il vraiment t Jusqu’au début de l’époque moderne, les plus hautes autorités du savoir occidental – Aristote, Pline, la Bible, les bestiaires – ont répondu par l’affirmative ; et les images et les oeuvres d’art ont été nombreuses à la mettre en scène.
Les premiers doutes apparaissent au XVIe siècle, mais ce n’est qu’à l’époque des Lumières que la licorne disparaît des manuels de zoologie. Désormais, seuls les artistes et les poètes lui restent fidèles et en font même, aux XIXe et XXe siècles, l’animal vedette de leur bestiaire onirique et symbolique. La nouvelle présentation au musée de Cluny, à Paris, des célèbres tapisseries de La Dame à la licorne fournit l’occasion de faire le point sur l’histoire de cette créature indomptable, symbole de pureté et de virginité, dont la corne merveilleuse a pour vertu d’annihiler les effets du poison et d’éloigner les forces du mal.

36BEB2B6-AD77-420D-BED6-81CBE72F16AF

Chronopages, morceaux choisis chez 1115 éditions

Quatrième de couverture : 

Cinq textes pour frissonner, s’émerveiller, se révolter, s’évader, bref, cinq perles de la Collection ChronoPages pour partir en Voyages Littéraires, de Luce Basseterre, Bruno Pochesci, Nicolas Le Breton, Frédéric Czilinder et Louise Roullier.

Cinq nouvelles de la collection ChronoPages, une collection de textes courts et incisifs, ancrés dans l’Imaginaire. Une occasion rêvée de découvrir des auteurs français, à la fois téméraires et décalés, le temps d’un voyage.

99A90FD7-A769-4CF2-9C82-15E58AA17B09

La Guerre des Trois Rois de Jean-Laurent Del Socorro et Marc Simonetti, chez ActuSF

Quatrième de couverture : 

Royaume de France, XVIe siècle. Les guerres de religion font rage entre Henri III, le duc de Guise et Henri de Navarre le protestant. Le roi de France se réfugie dans Paris, protégé par la Compagnie du Chariot, une bande de lansquenets avec à leur tête une toute nouvelle capitaine : Axelle. Le roi décide alors de faire appel au pouvoir alchimique de l’Artbon pour garder son trône coûte que coûte. Mais peut-on user impunément de la magie de la Pierre d’équilibre ?

B1AB373B-10CE-4FCB-887E-F575A9D9FB25

Rouge de Pascaline Nolot, chez Gulf Stream. Service Presse.

Quatrième de couverture :

Accroché au versant du mont Gris et cerné par Bois-Sombre se trouve Malombre, hameau battu par les vents et la complainte des loups. C’est là que suivit Rouge, rejetée à cause d’une particularité physique. Rares sont ceux qui, comme le père François, éprouvent de la compassion à son égard. Car on raconte qu’il ne faut en aucun cas toucher la jeune fille sous peine de finir comme elle : marqué par le Mal.
Lorsque survient son premier sang, les villageois sont soulagés de la voir partir, conformément au pacte maudit qui pèse sur eux. Comme tant d’autres jeunes filles de Malombre avant elle, celle que tous surnomment la Cramoisie doit s’engager dans les bois afin d’y rejoindre l’inquiétante Grand-Mère. Est-ce son salut ou bien un sort pire que la mort qui attend Rouge ? Nul ne s’en préoccupe et nul ne le sait, car aucune bannie n’est jamais revenue…

Je vous souhaite un bon mois de juillet et à très bientôt!

12 réflexions sur “Dans ma PAL : Juillet 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s