Nixi Turner (T.5) de Fabien Clavel

Quatrième de couverture :

Nixi doit affronter son ennemi, le Roi des Aulnes, mais elle ne sait pas que quelqu’un l’espionne. Tous les élèves pensent que Jennifer est folle, cependant l’adolescente est loin d’être bête et a vite compris que Nixi n’est pas une fille comme les autres. Depuis la rentrée, des choses étranges se produisent et Jennifer compte bien découvrir toute la vérité.

Editeur : Le chat noir, Collection des chatons hantés

Nombre de pages : 148

Prix : 10,00€

Date de publication : 12 Août 2020

Mon Avis :

Je termine la pentalogie de Fabien Clavel avec ce dernier tome de la saga Nixi Turner consacré cette fois au Roi des Aulnes qui a donné beaucoup de fil à retordre à nos héros, dans les tomes précédents. Et je remercie à ce titre les éditions du Chat noir pour ce nouveau Service Presse.

Nixi a bien du mal à se remettre de sa blessure infligée par le Marchand de sable. Pire que cela, il semblerait que sa légendaire discrétion commence à s’estomper car le parfum tiré de l’asphodèle, ne soit plus efficace. Les adultes commencent alors à percevoir sa présence ce qui complique un peu les choses surtout si elle doit trouver quel adolescent du collège est possédé par le dernier Croque-mitaine, le Roi des Aulnes.
Jennifer est une jeune fille de la classe de nos héros. Elle ne semble pas très appréciée en raison de son étrangeté et de ses crises de folie qui peuvent la prendre subitement. Ce que Nixi, Hugo, Nawel, Imane, Chora et Kylian ignorent en revanche c’est qu’elle est victime de violences familiales. Et si le Roi des Aulnes ne s’en était pas pris pour une fois à une adolescente?

AVERTISSEMENT : cette chronique divulgue des faits déroulés dans les tomes précédents. Si vous ne les avez pas lus, je vous conseille de ne pas aller plus avant.

Un dernier tome redondant…

Chaque tome de la saga Nixi Turner a ponctué une période de l’année scolaire et celui consacré au Roi des Aulnes l’achève puisque les élèves ne vont pas tarder à partir en vacances d’été. Encore une fois ce tome est un peu redondant par rapport aux précédents : un(e) adolescent(e) mène une existence perturbée par des troubles comme le harcèlement scolaire, l’anorexie, une maladie du coeur, un abandon, etc… Ces troubles sont alors  personnifiés par un Croque-mitaine que les adolescents devront combattre pour surmonter leurs difficultés. Pour cela, ils peuvent compter sur l’équipe dirigée par Nixi, les fameux Thérioctones (nom donné par Hugo à leur groupe de tueurs de monstres).
Cette fois, c’est au tour de Jennifer : dans les tomes précédents, on sait qu’elle pouvait être sujette à des névroses et était suivie par un psychologue. Dans ce tome, le sujet est un peu survolé et aucune explication n’est donnée quant à ses crises de folie : on suppose donc que ces dernières ont été provoquées par les violences physiques dont elle est victime dans son cercle familiale mais sans que cela ne soit vraiment confirmé. Idem en ce qui concerne la maltraitance, le sujet n’est pas assez développé et le problème réglé rapidement à seulement la moitié du tome.

qui possède quelques défauts…

Outre la redondance avec les autres tomes en ce qui concerne le procédé narratif, j’ai trouvé qu’il y avait aussi une impression de déjà-vu avec la nouvelle descente aux Enfers. Certains dialogues entre les membres de notre équipe également ne m’ont pas du tout convaincue et je les ai trouvé peu naturels dans le cours du récit, voire un peu longuets. Enfin, j’en avais déjà parlé dans ma chronique du tome 3 mais le personnage d’Hugo est une nouvelle fois tourné en ridicule par ses « amis » tout cela parce qu’il possède une certaine culture et que la connaissance est considérée comme « has been » dans notre société. Vraiment dommage…

mais quelques trouvailles aussi.

S’il est évident que j’ai trouvé ce tome un peu en dessous du précédent pour les raisons invoquées ci-dessus, celui consacré au Roi des Aulnes possède aussi quelques trouvailles.

  • Il est logique par rapport aux tomes précédents et certains évènements qui ont eu lieu dans le passé ont des conséquences dans le récit actuel.
    Je citerais par exemple, la Porte des Enfers inaccessible au Louvre : notre équipe trouve une idée plutôt originale pour la franchir.
    En ce qui concerne aussi les fleuves infernaux, Chora avait dû geler le Cocyte dans le tome 3 et cela n’est pas sans conséquence dans l’intrigue du tome 5.
  • Enfin, je n’avais pas vu venir un personnage (je tairai son identité pour ne pas dévoiler une partie de l’intrigue) qui arrive de manière impromptue et j’ai trouvé cela plutôt bien trouvé.

En conclusion, ce dernier tome de la saga Nixi Turner n’est pas vraiment mon préféré en raison de quelques défauts (redondance du récit et des situations qui ne permet pas de surprendre le lecteur, dialogues peu naturels et personnage, porteur de la connaissance, tourné en ridicule) même s’il convient de mettre en valeur quelques trouvailles dans l’intrigue.
Toutefois, si je dois revenir sur la pentalogie, je la trouve plutôt bien adaptée au public-cible et je me dis qu’elle peut être aussi l’occasion d’être lue à l’école ou dans le cercle familiale pour aborder des sujets graves dont certains adolescents pourraient être victimes. Malheureusement, les sujets ne sont pas tous traités de la même manière et certains comme les violences familiales auraient mérité un plus grand développement. Mais, la saga a au moins le mérité d’exister et peut déjà  s’avérer être un point de départ.

Autres avis : 

Ombrebones 

Tomes précédents :

Tome 1

Tome 2

Tome 3

Tome 4

11 réflexions sur “Nixi Turner (T.5) de Fabien Clavel

  1. Merci pour le lien 🙂 Je déplore des éléments semblables. Déjà, il n’y a finalement pas eu de tome sur Hugo alors que c’est un personnage prometteur. Ensuite, j’étais un peu lassée de cet aspect répétitif et j’ai trouvé le dénouement trop facile. Dommage :/ Mais pour le public ciblé ça fait le taff je pense.

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis assez d’accord avec ton avis ! J’ai aussi eu l’occasion de le lire et je l’ai trouvé en deçà des autres tomes de la série, certaines choses vont trop vite alors qu’elles auraient mérités plus de détails ou une résolution plus lente.

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour à vous, je vous remercie d’abord de votre chronique.
    Si Hugo n’est pas développé dans un volume à part, c’est qu’il est le héros d’une série qui lui est entièrement consacrée et qui forme une sorte de suite à Nixi Turner : « Panique dans la mythologie ». En fait, la plupart des personnages présents dans Nixi Turner se retrouvent dans d’autres romans, si jamais vous avez envie de les suivre.
    Bien amicalement,

    Aimé par 2 personnes

      1. En fait cette série de cinq romans est parue avant Nixi Turner mais elle se déroule après (vous découvrirez donc tout cela dans le bon ordre). Tout est disponible chez Rageot.

        J’espère que cette série saura vous convaincre (notamment que Hugo n’est pas toujours dévalorisé).

        Bonne lecture à vous et merci encore de vos chroniques qui sont toujours précieuses pour un auteur.

        Aimé par 1 personne

  4. Je suis d’accord sur les crises de Jennifer et la maltraitance même si j’ai déjà eu du mal avec ce dernier thème donc encore plus de développement, ça aurait été encore plus dur. Vous êtes plein à être un peu mitigés cochon d’inde pour ce dernier tome :/ Une très bonne série en tout cas !
    Kin

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s