Empire, un fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche d’Alberto Angela

Quatrième de couverture : 

Imaginez que vous puissiez parcourir l’Empire romain au début du IIe siècle de notre ère, à l’époque de son expansion maximale, de la Germanie à l’Egypte et de la future Angleterre à la Mésopotamie ; que vous sympathisiez en chemin avec les personnages les plus divers, un serviteur ou l’empereur Trajan, un légionnaire ou un marchand, une patricienne ou une prostituée, et qu’ainsi vous exploriez la civilisation romaine dans toute la lumière de son génie comme dans ses zones d’ombre.
En vous invitant à suivre l’itinéraire d’une pièce de monnaie, Alberto Angela rend possible cette extraordinaire aventure. Frappé à Rome, le sesterce passera de main en main, de province en province – et qui sait s’il ne vous entraînera pas au-delà des frontières de l’Empire ?

Lire la suite

Les secrets de la Licorne de Michel Pastoureau et Elizabeth Taburet-Delahaye

F7BB789D-A0D4-4607-9719-F74AEB63BB2C

Quatrième de couverture :

Décrite pour la première fois cinq siècles avant notre ère, la licorne a longtemps intrigué les zoologues, attiré les voyageurs, séduit les artistes et fait rêver les poètes. Mais cet animal composite, qui emprunte une partie de son anatomie au cerf, au bouc, à la jument, voire à l’âne, au lion ou à l’éléphant, existe-t-il vraiment t Jusqu’au début de l’époque moderne, les plus hautes autorités du savoir occidental – Aristote, Pline, la Bible, les bestiaires – ont répondu par l’affirmative ; et les images et les oeuvres d’art ont été nombreuses à la mettre en scène.
Les premiers doutes apparaissent au XVIe siècle, mais ce n’est qu’à l’époque des Lumières que la licorne disparaît des manuels de zoologie. Désormais, seuls les artistes et les poètes lui restent fidèles et en font même, aux XIXe et XXe siècles, l’animal vedette de leur bestiaire onirique et symbolique. La nouvelle présentation au musée de Cluny, à Paris, des célèbres tapisseries de La Dame à la licorne fournit l’occasion de faire le point sur l’histoire de cette créature indomptable, symbole de pureté et de virginité, dont la corne merveilleuse a pour vertu d’annihiler les effets du poison et d’éloigner les forces du mal.

Lire la suite

Rouge, Histoire d’une couleur de Michel Pastoureau

F2A9EFCC-6735-40BF-9A59-856814945CE9

Quatrième de couverture : 

Le rouge est en Occident la première couleur que l’homme a maîtrisée : ainsi elle est longtemps restée la couleur  » par excellence « , la plus riche du point de vue matériel, social, artistique, onirique et symbolique. Admiré des Grecs et des Romains dans l’Antiquité, le rouge prend une forte dimension religieuse au Moyen Age. Mais il est aussi, dans le monde profane, la couleur de l’amour, de la gloire et de la beauté, comme celle de l’orgueil, de la violence et de la luxure.
Au XVIe siècle, les morales protestantes partent en guerre contre le rouge, couleur indécente et immorale, liée aux vanités du monde. Dès lors, partout en Europe, rouge est en recul. Toutefois, à partir de la Révolution française et ce jusqu’à nos jours, le rouge devient politique : c’est la couleur des forces progressistes ou subversives.

Lire la suite

Noir, Histoire d’une couleur de Michel Pastoureau

CD976D19-D1E6-4219-B5F9-7C57D131A6A2

Quatrième de couverture :

Couleur de la mort et de l’enfer, le noir n’a pas toujours été une couleur négative. Au fil de son histoire, il a aussi été associé à la fertilité, à la tempérance, à la dignité. Et depuis quelques décennies, il incarne surtout l’élégance et la modernité. Du noir des moines et des pirates au noir des peintres et des couturiers, Michel Pastoureau retrace la destinée européenne de cette couleur pas comme les autres.
Il s’attache à cerner sa place dans les faits de langue, les pratiques sociales, la création artistique et le monde des symboles. Couleur à part entière jusqu’à ce que l’invention de l’imprimerie puis les découvertes de Newton lui donnent le statut particulier de non-couleur, le noir dévoile ici une histoire culturelle extrêmement riche, depuis les mythologies des origines jusqu’à son triomphe au XXe siècle.

Lire la suite

Vert, Histoire d’une couleur de Michel Pastoureau

804FA094-5B55-4A07-ABB5-6E2B67C998D5

Quatrième de couverture :

Aimez-vous le vert ? A cette question les réponses sont partagées. En Europe, une personne sur six environ a le vert pour couleur préférée ; mais il s’en trouve presque autant pour le détester. Couleur ambivalente, sinon ambiguë, il est symbole de vie, de sève, de chance et d’espérance d’un côté, associé au poison, au malheur, au Diable et à ses créatures de l’autre. Chimiquement instable, le vert a été apparenté à tout ce qui était changeant : l’enfance, l’amour, la chance, le jeu, le hasard, l’argent.
Ce n’est qu’à l’époque romantique qu’il est définitivement devenu la couleur de la nature, puis celle de la santé, de l’hygiène et enfin de l’écologie. Aujourd’hui, l’Occident lui confie l’impossible mission de sauver la planète. Dans ce livre, Michel Pastoureau retrace la longue histoire sociale, artistique et symbolique du vert dans les sociétés européennes, de la Grèce antique jusqu’à nos jours.

Lire la suite

Le Bazar Renaissance de Jerry Brotton

A99FC3CC-1493-4734-BE54-39B6D5B2F9B6

Quatrième de couverture : 

La Renaissance a vu des changements majeurs, dont les impacts dessinent encore le monde d’aujourd’hui. Jerry Brotton raconte cette période remarquable dans un livre qui place l’épanouissement européen dans un contexte révélateur. Cet ouvrage se place au cœur d’un grand débat et a été largement relayé comme une contribution à faire connaître, et comprendre, la part que l’Islam a joué dans la Renaissance européenne.
C’est par le contact de l’Europe avec le reste du monde, et particulièrement avec le riche et cultivé Orient, que la Renaissance a pu être ce qu’elle a été. Les européens se percevaient alors dans le miroir de l’Orient, l’Empire Ottoman leur a fait prendre conscience de leur position relative, et c’est durant cette période par exemple qu’ils se sont pour la première fois nommés « européens ». Ce livre est le premier récit concis et clair de la Renaissance comme un phénomène global, et non comme un évènement purement européen.
L’auteur s’attaque à la vision traditionnelle de cette période qu’il définit avant tout comme le fruit bénéfique de la rencontre des cultures européennes et orientales. L’Europe n’a pas échangé que des biens matériels, mais aussi des connaissances et des idées avec ces voisins islamiques, africains, et asiatiques. Voici une histoire culturelle de haut calibre, dans laquelle Jerry Brotton révèle des éléments comme l’interprétation du tableau d’Holbein « Les Ambassadeurs », un catalogue des influences internationales en Europe, ou l’influence arabe sur les sciences, l’astronomie et la géographie.

Lire la suite

Le marchand qui voulait gouverner Florence d’Alessandro Barbero

5E61424F-C945-4A4B-9F15-5CA4146E137F

Quatrième de couverture : 

Dans la Florence du XIVe siècle, un riche marchand prend la plume pour raconter ses années au pouvoir dans la commune déchirée entre Guelfes noirs et Guelfes blancs. A Sienne, une certaine Catherine fait voeu de chasteté à l’âge de six ans. A Orléans un siècle plus tard, Jeanne assiste au procès qui la conduira au bûcher… Six vies, six portraits esquissés avec tout l’art d’Alessandro Barbero, et nous voilà au coeur du Moyen Age.
Qui étaient ces hommes et ces femmes ? Quelles étaient leurs peurs, leurs ambitions ? De quelles vies rêvaient-ils ? Il paraît loin, le temps des prophéties, des ordres religieux, des processions, des preux chevaliers, des croisades, des femmes au rouet et des apparitions ! Pourtant, il suffit de six coups de pinceaux pour qu’il se rapproche et revive sous nos yeux.

Lire la suite

Femmes en armes, les guerrières de l’Histoire de Marie-Eve Sténuit

CE8EAA47-CDBA-441F-AC53-FDB899310912

Quatrième de couverture : 

La guerre pour les hommes, l’amour pour les femmes ? Mars et Vénus ? Eh bien non ! Les femmes ont toujours et partout été impliquées dans les conflits armés. La plupart ont dû, par nécessité, se montrer discrètes. D’autres ont accédé à de hauts postes de commandement et furent célèbres en leur temps. Toutes menèrent des vies dignes des plus grands romans d’aventure, démontrant que le courage, l’autorité et la vaillance ne sont pas une question de genre.

Lire la suite

Femmes de pouvoir de l’Antiquité de Nicolas Mietton

E3C4B58B-D32C-4C49-A624-352425FB0383

Quatrième de couverture : 

On connaît les noms des hommes, rois, empereurs ou conquérants qui ont connu un grand destin. On connaît moins bien ceux des femmes qui ont régné sur le monde antique. En se penchant sur les textes anciens, Nicolas Mietton nous décrit la vie extraordinaire de ces souveraines qui ont détenu les plus grands pouvoirs. Certaines ont été conseillère, épouse ou régente. D’autres ont régné elles-mêmes, femmes à la tête de leur royaume.
Amante ensorceleuse comme Cléopâtre, séductrice comme Théodora, dévote comme sainte Hélène, mère indigne comme Agrippine, belle-mère abusive comme Hatchepsout… A travers leurs destinées hors du commun, redécouvrez Babylone, l’Egypte Antique, les intrigues de Rome et le faste de Byzance.

Lire la suite

Le Colisée de Keith Hopkins et Mary Beard

BE57D4AC-569B-42B5-9F70-F4FF0F657FE2

Quatrième de couverture : 

Dans un récit aussi vivant qu’original, Keith Hopkins et Mary Beard invitent le lecteur à un périple, fait de légendes et d’histoires, au coeur du plus mythique des monuments : le Colisée de Rome. Construit entre 71 et 80 après J.-C. par l’empereur Vespasien, le Colisée suscite fantasmes et inexactitudes. A quoi servait-il ? Comment se déroulaient les jeux ? Quelle était la vie d’un gladiateur ? Qu’en pensaient les Romains ? Des chrétiens ont-ils vraiment été jetés aux lions ? Comment le monument a-t-il survécu à travers les âges ? A partir des meilleures sources et des recherches archéologiques les plus récentes, les auteurs — spécialistes reconnus de l’Antiquité — démêlent le vrai du faux pour nous raconter la fabuleuse histoire du plus grand symbole de l’Empire romain.
Des invasions barbares jusqu’à aujourd’hui, ils décrivent aussi l’étonnante seconde vie de ce monument qui fut, tour à tour, un fort, une église, un jardin botanique et une fabrique de colle… Plein d’anecdotes et d’illustrations, ce livre, érudit et divertissant, est la meilleure biographie du Colisée.

Lire la suite