La civilisation nuragique de Paolo Melis

0266FA78-0385-4BA4-A8A5-B53E1E587900

Quatrième de couverture :

La Civilisation Nuragique naît au cours du premier âge du Bronze autour du XVIII siècle avant J. C. Ce livre présente l’un des phénomènes les plus importants de la histoire de la Sardaigne, avec rigueur scientifique, mais aussi avec un langage simple.

Lire la suite

Publicités

Lorsque j’étais quelqu’un d’autre de Stéphane Allix

9874DD30-736D-4FE1-919E-4985642A3C9B

Quatrième de couverture :

Partir à la découverte de soi-même peut mener sur d’étranges chemins. Pour se ressourcer et faire le point sur sa vie, Stéphane Allix entame une retraite en forêt. Il ignore qu’il va se confronter à l’impensable. Lors d’une méditation, une vision s’impose à lui : un soldat de la Seconde Guerre mondiale meurt, touché à la gorge. Le nom de cet homme et d’autres informations lui parviennent également en pensée.
L’expérience est extrêmement troublante. Pourquoi ressent-il une telle intimité avec ce personnage ? Obnubilé par la puissance de cette vision, il se lance dans une enquête minutieuse et découvre avec stupeur que ce soldat a réellement existé. Commence alors une aventure bouleversante. Les questions existentielles qui se bousculent en lui depuis toujours vont-elles enfin trouver une explication ?

Lire la suite

Les Animaux Célèbres de Michel Pastoureau

IMG_1023

Quatrième de couverture : 

Longtemps délaissé par les historiens, l’animal est désormais un objet d’études à part entière. Envisagé dans ses rapports avec l’homme, il nous apprend mille choses sur la société, l’économie, la culture, la vie religieuse et symbolique. Michel Pastoureau a choisi ici quarante animaux célèbres. Certains ont réellement existé (les éléphants d’Hannibal, la bête du Gévaudan), d’autres sont empruntés à la Bible (la baleine de Jonas), à la mythologie (le Minautore), d’autres encore à la littérature ou à la réalité de notre monde, et ce jusqu’au monstre du loch Ness ou Dolly, la brebis clonée.

Lire la suite

Glanum antique de Xavier Delestre et François Salviat

IMG_0948.GIF

Quatrième de couverture :

Alors que les Antiques de Glanum, Arc de triomphe et Mausolée, n’ont cessé d’être visibles et d’inspirer les peintres, architectes et décorateurs amoureux de l’Antiquité, ce ne fût guère le cas pour la ville de Glanum, capitale des Salyens celto-ligures, longtemps ensevelie sous des coulées alluviales et sous ses propres décombres. Sur ce site naturellement beau, enserré dans un ravin sauvage qui échancre la plaine des Alpilles, l’exploration archéologique, entreprise dès 1921, a fait apparaître plusieurs états successifs d’occupation : habitations et installations publiques des Glaniques avant leur sujétion à Rome et équipements urbains de prestige de l’époque romaine (temples, forums, thermes publics…). Cet ouvrage permet de découvrir les vestiges uniques en France de ces deux civilisations, au travers d’un texte rigoureux accompagné d’une riche illustration en couleurs et de plans.

Lire la suite

Une histoire des pirates de Jean-Pierre Moreau

IMG_0844

Quatrième de couverture :

Du début du XVIe au milieu du XVIIIe siècle, les pirates sillonnent les routes maritimes du globe, des Antilles à Terre-Neuve, de l’océan Indien aux côtes du Pacifique à la recherche de nouveaux butins. Voici l’histoire des « picoreurs des mers » qui se transformèrent en mythe. Les flibustiers, corsaires et pirates de chair et d’os étaient basques, bretons, gascons ou normands, espagnols ou britanniques.
Certains avaient un grand coeur, quelques-uns furent des prédateurs. Dès le XVIe siècle, ils écumèrent les mers, traquant les galions isolés et attaquant les colonies espagnoles. Héros nationaux, puis personnages de pacotille revus par Hollywood, les pirates furent présentés après mai 1968 comme des libertaires, ancêtres des anarchistes. Grâce à des documents inédits, Jean-Pierre Moreau retrace la véritable histoire des pirates et explique comment ils devinrent des figures de légende.

Lire la suite

L’Art Nouveau à Grenoble d’Elodie Peiffer

image.gif

Quatrième de couverture : 

Elodie Peiffer porte un intérêt particulier à l’Art Nouveau qui la séduit par son langage formel. Son affection pour cet art s’est principalement développée autour des créations dans les arts appliqués, mais s’est ensuite portée sur l’architecture. L’étude du Castel Béranger, d’Hector Guimard, et de la Villa Majorelle, d’Henri Sauvage et de Louis Majorelle, lui a permis de découvrir les particularités de l’architecture Art Nouveau. Diplômée d’un baccalauréat économique et social option arts plastiques, elle a poursuivi ses études secondaires en se tournant vers la filière Histoire de l’Art que propose l’Université Pierre Mendès-France à Grenoble. Au cours de sa première année de Master en 2005-2006, elle réalise une étude monographique de la villa Achille Raymond, construite au début du XXe siècle à Grenoble, laquelle se caractérise par une remarquable décoration de style Art Nouveau. Cette étude lui a permis de découvrir l’importance de ce style ornemental qui s’est développé à partir de 1900 jusqu’en 1913 à Grenoble. Au cours de sa deuxième année de Master, elle élargit ces recherches en étudiant la réception et l’adaptation de l’Art Nouveau à Grenoble dans l’habitat collectif, sujet qui n’a jamais été étudié auparavant. Confrontée à un manque de sources, elle a dû poursuivre une année supplémentaire de travail de recherche pour élargir et finaliser son projet. En 2008, Élodie Peiffer obtient avec succès le diplôme de Master Histoire et Histoire de l’Art.

Lire la suite