Le dernier HYVER de Fabrice Papillon

IMG_1165

Quatrième de couverture : 

Août 415 après J-C. : La ville d’Alexandrie s’assoupit dans une odeur âcre de chair brûlée. Hypatie, philosophe et mathématicienne d’exception, vient d’être massacrée dans la rue par des hommes en furie, et ses membres en lambeaux se consument dans un brasier avec l’ensemble de ses écrits. Cet assassinat sauvage amorce un engrenage terrifiant qui, à travers les lieux et les époques, sème la mort sur son passage.
Inéluctablement se relaient ceux qui, dans le sillage d’Hypatie, poursuivent son grand oeuvre et visent à accomplir son dessein. Juillet 2018 : Marie, jeune biologiste, stagiaire à la police scientifique, se trouve confrontée à une succession de meurtres effroyables, aux côtés de Marc Brunier, homme étrange et commandant de police de la  » crim  » du Quai des Orfèvres. Peu à peu, l’étudiante découvre que sa propre vie entre en résonance avec ces meurtres.

Lire la suite

Publicités

Le paradoxe de Fermi de Jean-Pierre Boudine

IMG_1048

Quatrième de couverture : 

Dans son repaire situé quelque part à l’est de l’arc alpin, Robert Poinsot écrit. Il raconte la crise systémique dont il a été témoin : d’abord le salaire qui n’arrive pas, les gens qui retirent leurs économies, qui s’organisent pour trouver de quoi manger, puis qui doivent fuir la violence des grandes villes et éviter les pilleurs sur les principaux axes routiers. Robert se souvient de sa fuite à Beauvais, de son séjour dans une communauté humaniste des bords de la mer Baltique et des événements qui l’ont ramené plus au sud, dans les Alpes.
Quelque part dans le récit de sa difficile survie se trouve peut-être la solution au paradoxe de Fermi, à cette célèbre énigme scientifique : dans un univers aussi vaste que le nôtre, l’espèce humaine ne peut pas être la seule douée d’intelligence ; alors où sont les autres, où sont les traces radio de leur existence ? Jamais auparavant l’effondrement de notre civilisation ne fut décrit de façon plus réaliste.

Lire la suite

Le sultan des nuages de Geoffrey A. Landis

index.jpg

Avertissement de la Bibliothèque d’Aelinel :

La quatrième de couverture de la novella en dévoile un peu trop à mon goût. Je vous conseille donc de ne pas la lire et de vous reporter directement à ma chronique.

Quatrième de couverture :

L’humanité a colonisé le système solaire au bénéfice de consortiums privés omnipotents régnant sur les transports spatiaux. Et ce jusqu’à la plus infernale des planètes, Vénus, dans l’atmosphère létale de laquelle flottent de stupéfiantes cités volantes, véritables miracles de technologie high tech. Plusieurs milliers d’entre elles sont sous la coupe d’un seul et même individu, Carlos Fernando Delacroix Ortega de la Jolla y Nordwald-Gruenbaum, le sultan des nuages, qui n’entrera en pleine possession de son héritage qu’une fois marié, et dont l’immense pouvoir attire toutes les convoitises.
Pour David Tinkerman et le Dr Léa Hamakawa, scientifiques récemment arrivés de Mars en vue d’une expertise, les forces souterraines à l’ouvre autour du jeune satrape vont vite s’avérer plus mortelles que Vénus elle-même.

Lire la suite

Faire des sciences avec Star Wars de Roland Lehoucq

47348

Quatrième de couverture :

Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine… le bon professeur Lehoucq contait déjà ses histoires ! Ce spécialiste ès bullshit dans les films de SF (et accessoirement astrophysicien au Commissariat à l’énergie atomique de Saclay et président des Utopiales, le festival international de science-fiction de Nantes) décortique chaque trimestre dans les colonnes de Bifrost les dernières productions d’Hollywood pour démêler le vrai du faux, le crédible de l’incongru, la science de la pseudo-science.

Et lorsqu’il a fallu s’attaquer à Star Wars, il y avait de quoi faire un livre entier ! Paru pour la première fois aux éditions Le Pommier en 2005, Faire des sciences avec Star Wars revient dix ans plus tard dans une édition revue et augmentée, pour la première fois en numérique. De quoi patienter tout en se cultivant en attendant Le Réveil de la Force.

Lire la suite

Les finalistes du Prix Rosny Aîné 2017

IMG_1019

Chaque inscrit à la 44ème Convention SF de Grenoble s’était vu remettre lors de son arrivée un petit recueil de six nouvelles. Le but était de permettre au participant de les lire pendant les temps morts de la manifestation afin de pouvoir voter trois jours plus tard pour le prix Rosny Aîné 2017. Huit romans étaient également en lice mais étant donné que je n’en avais lu aucun, je n’ai pas voté pour ceux-ci.

Pour ma part, j’ai trouvé les nouvelles bien inégales. Si pour moi, trois se démarquaient largement, force est de constater que les trois autres ne m’auront pas laissé un souvenir impérissable, voire au contraire, m’ont fortement ennuyé.

Voici un petit récapitulatif de ma lecture :

Lire la suite

Luna de Ian McDonald, T.1

IMG_0947

Quatrième de couverture : 

2110. Sur une Lune où tout se vend, où tout s’achète, jusqu’aux sels minéraux contenus dans votre urine, et où la mort peut survenir à peu près à n’importe quel moment, Adrianna Corta est la dirigeante du plus récent des cinq « Dragons », ces familles à couteaux tirés qui règnent sur les colonies lunaires. Elle doit l’ascension météoritique de son organisation au commerce de l’Hélium-3. Mais Corta-Hélio possède de nombreux ennemis, et si Adrianna, au crépuscule de sa vie, veut léguer quelque chose à ses cinq enfants, il lui faudra se battre, et en retour ils devront se battre pour elle…

Lire la suite