Le souffle d’Erya de Cédric Michel Bouet

IMG_0138

 

Quatrième de couverture : 

Les terres d’Erya viennent de subir une terrible défaite face au machiavélique grand prêtre Ardhjil Fahssar, serviteur de Rhaban et détenteur de la Pierre noire, l’éblouissante Obsidienne. Ce dernier, animé pas de sombres desseins, ne compte d’ailleurs pas en rester là.
Démuni face à ce grand péril, Galaad, prince d’Erya, découvre que le soutien dont il a tant besoin réside là où il ne s’y attendait pas. Tout d’abord, il y a cette rébellion qui fait beaucoup parler d’elle dans les territoires qu’Ardhjil Fahssar a conquis. Puis, cette famille qu’on lui a présentée: Balthus, le père, savant hors nomes, dont la dernière invention va révolutionner l’art de la guerre; Hector, son fils, qui s’est illustré au cours des derniers affrontements; et Tara, sa fille adoptive, savante en devenir au passé énigmatique.
Galaad doit-il fonder là tous ses espoirs de reconquête ?

Éditeur : Éditions Beaurepaire

Nombre de pages : 270

Prix : 19,00€

Mon Avis : 

J’ai rencontré l’auteur du Souffle d’Erya, lors des Grésimaginaires 2016, en avril dernier. L’approche sympathique de Cédric Michel Bouet et la description enthousiaste de son univers m’ont séduite. Je me suis donc lancée dans le premier tome de sa trilogie.

Les différents peuples qui composent les Terres d’Erya sont désunis et partagent bien peu d’interactions : les Eryades ont disparu dans la forêt d’Ar-Brana, victimes des exactions des Humains ; les Amazones se sont isolées à Kandhara et n’ont de relations avec les hommes que pour perpétuer leur race ; les Nains Dhrüzs au Nord n’ont pas non plus développé une grande sociabilité avec leurs voisins. Alors quand les Arkhômans, menés par le Grand Prêtre Ardhjil Fahssar, décident d’envahir les Terres d’Erya, ils ne trouvent pas vraiment de résistance. Le Prince Galaad, souverain d’Erya, est pris par surprise et essuyent plusieurs défaites. Il doit alors organiser la Résistance et convaincre les autres peuples d’Erya de l’aider car tous désormais ont un intérêt commun et sont menacés.

Très honnêtement, la lecture des trente premières pages avait bien mal débuté : je n’aimais pas du tout le style d’écriture que je trouvais lourd, les dialogues des personnages pas vraiment crédibles et trop longs et la trame scénaristique parfois maladroite. Pour exemple, à la fin du premier chapitre, un homme débarque subitement, dans une auberge, agonisant. Puis, l’auteur reprend la fuite du même homme dans les rues de Brana Mynn, au moment où un soldat Arkhômans lui décoche une flèche.
De plus, j’ai eu également beaucoup de mal à m’immerger dans ce nouvel univers. L’auteur n’a pas vraiment déposé les jalons dès le début de l’histoire pour accompagner son lecteur et la carte ne m’a pas suffi.

Le premier chapitre a donc été très difficile à appréhender pour moi. Je me suis alors laissée cent pages de réflexion pour me faire une idée du roman, sinon, j’abandonnais. Au final, je ne regrette pas d’avoir persévéré! Car comme le bon vin, l’écriture du roman s’est bonifié au fil de ma lecture! En effet, dès les cinquante pages, un univers extrêmement riche et étoffé a pris corps : les personnages se sont multipliés, les rebondissements également, l’écriture est devenue beaucoup plus fluide et agréable à lire et surtout, j’avais enfin une vue d’ensemble sur l’univers d’Erya. Certes, ce dernier n’est pas vraiment original car l’on retrouve l’équivalent des composantes de la Fantasy initiée par Tolkien avec différents peuples (les Eryades qui m’ont fait pensé aux Elfes, les Nains, les Dragons, la Magie, une Élue, un artefact qui une fois assemblé, donne le pouvoir absolu, une Terre menacée par une entité supérieure et maléfique, etc…). Néanmoins, ce roman a été une lecture agréable et m’a donné envie de poursuivre avec le tome suivant : Chandhara.

Note 3/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s