Anna Politkovskaia, journaliste dissidente de Francisco Matteuzi et d’Elisabetta Benfatto

IMG_0837

Quatrième de couverture :

Dénonçant la corruption et les violations des libertés publiques, Anna Politkovskaïa s’attire les foudres du régime. Ses révélations sur le conflit en Tchétchénie lui seront fatales. Le 7 octobre 2006, elle est assassinée dans l’ascenseur de son immeuble, à Moscou. L’onde de choc de sa disparition est mondiale. Journaliste courageuse et femme déterminée, elle fut et reste la voix de la Russie qui résiste.

Editeur : Steinkis

Nombre de pages : 126

Prix : 16,00€

Mon Avis :

Cette bande dessinée m’a été présentée lors de mon Club de lecture du mois de novembre. Et je dois dire que la bibliothécaire (elle se reconnaîtra!) nous l’a tellement bien vendu que j’ai dû réserver l’ouvrage pour pouvoir la lire!

IMG_0826Anna Politkovskaia, Journaliste dissidente, s’articule autour de trois parties :
– la première (environ les deux tiers) est la bande dessinée proprement dite. Elle permet de découvrir la journaliste russe au travers de sa personnalité et éclaircit également les circonstances de son assassinat, en 2006.
– la seconde est une chronologie biographique de la journaliste.
– la troisième (le dernier tiers) est composée de deux interviews : l’une d’un journaliste italien de la Rai et fondateur de l’association Annaviva, Andrea Riscassi et la seconde de l’auteur de deux documentaires consacrés à Anna, Paolo Serbondini.

Anna Politkovskaia était une journaliste russe opposée au régime de Vladimir Poutine. Elle a été célèbre pour avoir couvert la seconde guerre en Tchétchénie (1999-2009) mais surtout pour avoir été une des rares à aller à l’encontre du discours officiel et dénoncer les exactions des soldats russes sur la population tchétchène. Elle a également été connue pour avoir servi de médiatrice lors de la prise d’otage au théâtre de la Doubrovka, à Moscou, en 2002, par des terroristes tchétchènes. A la suite de laquelle, on dénombre près de 130 morts et plusieurs centaines de blessés. La dénonciation de l’intervention musclée des soldats russes lui vaudra de multiples menaces. Ainsi, deux ans plus tard, en se rendant sur les lieux d’une nouvelle prise d’otage d’une école à Beslan par des terroristes tchétchènes, elle échappera de peu à un empoisonnement. Malheureusement, en 2006, elle finira par être assassinée dans le hall de son immeuble, le jour du 54ème anniversaire de Poutine.

Disons qu’en Russie, on compte deux catégories de journalistes. Les bons et les méchants. Les bons sont « pour la Russie ». Ce sont les porte-parole de l’Etat, fidèles à Poutine et à ses partisans (…). Les méchants sont contre la Russie. Pour faire bref, ce sont ceux qui disent la vérité. (P.52-53)

IMG_0827

La première partie en bande dessinée est très émouvante car elle permet au lecteur de mieux cerner la personnalité de la journaliste : passionnée, combative, déterminée et intègre. Elle n’hésite pas à risquer sa vie pour dénoncer la corruption ou les dérives du gouvernement de Poutine. Elle n’a pas non plus sa langue dans sa poche et doit régulièrement faire face à la censure ou à des menaces de mort.

IMG_0828

 

La seconde partie rend davantage hommage à son travail de journaliste. Elle montre à quel point il est très difficile de nos jours pour un journaliste d’exercer son métier dans la Russie de Poutine et de défendre la liberté d’expression sans être victime de censure ou de pression.

La vraie justice est celle dont les lois sont les mêmes pour tous. Chez nous, elle n’existe pas. (P. 128)

En conclusion, cette bande dessinée rend un bel hommage à cette journaliste éprise de justice et intègre qu’était Anna Politkovskaia. Elle permet au lecteur de reconstituer sa carrière et de mieux cerner sa personnalité tout en dénonçant le fait qu’aujourd’hui encore, un journaliste ne peut pas exercer son métier sereinement en Russie. Le seul petit bémol est la première partie, en bande dessinée, certes émouvante, mais un peu courte et décousue. J’ai donc préféré la seconde plus concise et instructive.

IMG_0830

Note 3/5

Autres avis : Carré du bibliocosme

Publicités

6 réflexions sur “Anna Politkovskaia, journaliste dissidente de Francisco Matteuzi et d’Elisabetta Benfatto

      1. C’est un sujet qui me touche car ces dernières années les dissidents russes ont énormément souffert, et je trouve ça complètement fou que des journalistes soient encore assassinés…

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s