Rien de plus grand de Malin Persson Giolito

9782258143487FS

Quatrième de couverture :

Stockholm, sa banlieue chic. Dans une salle de classe, cinq personnes gisent sur le sol. Debout au milieu d’elles, Maja Norberg, dix-huit ans à peine, élève modèle et fille de bonne famille. Son petit copain, le fils de la plus grosse fortune de Suède, et sa meilleure amie, une jolie blonde soucieuse de la paix dans le monde, figurent parmi les victimes, ainsi que Samir, brillant fils d’immigrés décidé à s’affranchir de sa condition.
Neuf mois plus tard, après un battage médiatique qui a dépassé les frontières suédoises, le procès se tient. Mais qui est Maja ? Qu’a-t-elle fait, et pourquoi ?

Editeur : Presses de la Cité

Nombre de pages : 506

Prix : 21,00€

Date de parution : 8 Mars 2018

Mon Avis : 

Quand Babélio m’a proposé ce roman lors d’une Masse critique privilégiée (un grand merci à eux et aux Editions Presses de la Cité), je n’ai pas hésité longtemps avant de tenter ma chance. Un synopsis intriguant + un achat des droits par Netflix pour une adaptation en série + le Prix du meilleur roman policier suédois en 2016 + le Prix Clé de verre en 2017 = un véritable coup de coeur!

Maja est une jeune lycéenne de dix huit ans bien sous tout rapport : bonne élève, issue d’une classe privilégiée, celle qui prétend ne posséder aucun attrait particulier, sort tout de même avec le fils d’une des familles les plus riches de Suède, Sébastian Fagerman. Mais un jour, la jeune fille se retrouve mêlée à une fusillade dans sa propre salle de classe : sa meilleur amie Amanda, ses amis Samir et Dennis, son professeur Mr Christer, même Sébastian, tous ont été touchés. Excepté Maja qui s’en sort miraculeusement sans égratignure. Quelques mois plus tard, débute alors son procès…

S’il y a bien des livres qui marquent, ce sont bien ceux qui interagissent avec leur lecteur ; ceux qui les poussent à la réflexion, ceux qui les font douter ou partir sur des fausses pistes et tout simplement ceux qui possèdent plusieurs niveaux de lecture. Rien de plus grand fait partie de ceux-là. Ainsi, le lecteur ne suit pas seulement de manière passive le déroulé d’un procès, après un sordide fait divers. Au contraire, à travers les yeux de Maja, il se retrouve face à une critique acerbe de la société suédoise et par extension de notre mode de vie occidentale. Maja n’hésite pas à pointer du doigt l’hypocrisie des adultes, la jeunesse dorée et désabusée à laquelle elle appartient, la manipulation des médias, la politique migratoire de l’Europe et de l’intégration des immigrés, le système scolaire qui laisse de côté les élèves qui décrochent, les problèmes de drogue, etc… Si elle possède un certain recul par rapport à ce qu’elle observe et une sincérité dans ses propos, elle ne peut tout de même s’empêcher de tomber dans un pessimisme blasé. Du coup, je ne résiste pas à l’idée de vous citer un petit florilège de réflexions Made in Maja pour vous donner le ton du livre :

Les parents raffolent des futilités, tant que cela les font paraître soucieux des autres.

Les gens se moquent de ce que les autres disent ou ressentent de ce qu’ils ont traversé, appris. Les gens ne s’intéressent qu’à ce qu’ils sont certains de savoir.

On dit que les enfants ne croient qu’en ce qui les arrange, mais la vérité, c’est qu’on ne peut pas les berner. Les adultes, en revanche, veulent choisir eux-mêmes l’histoire qui leur convient.

Les gens affirment que toutes les vies ont la même valeur. C’est ce qu’on dit quand on est poli, bien élevé, et que l’on a peut-être un diplôme universitaire. En réalité, tout le monde sait que c’est faux. Car quand un avion s’échoue au large de l’Indonésie en faisant quatre-cent victimes, les informations en parlent deux fois plus si un compatriote figure dans le sombre bilan. Un pitoyable Suédois empestant la sueur, parti faire du tourisme sexuel vaut deux fois plus que quatre-cent Indonésiens. Voilà pourquoi quand une jolie jeune femme pleine d’ambition meurt dans une avalanche, cela fait les gros titres (avec photo en une), tandis qu’une seule brève coincée dans le programme cinéma et une pub pour des implants mammaires est consacrée à un retraité incontinent, divorcé et sans enfants, assassiné après une tentative de vol dans le métro qui le ramenait chez lui.

Et je peux vous dire que tout le monde en prend pour son grade même vous, cher Lecteur (et moi) sommes égratignés! Maja nous pousse directement à s’interroger sur nous-mêmes. Car après tout, ne faisons-nous pas nous aussi des raccourcis trop rapidement malgré le manque d’informations et de connaissances sur un sujet? Nos préjugés ou ce que nous croyons savoir n’influent-ils pas sur notre jugement? Lorsque la vérité est tronquée par les médias, ne sommes-nous pas manipulés? Et bien, c’est exactement ce qui s’est passé avec ce roman et cela a été une sacrée claque pour moi, je peux vous l’affirmer! Moi aussi, dès les premières pages, j’avais une idée toute faite sur Maja : « Bah! Encore une petite bourge trop gâtée par ses parents qui a pété un plomb! Encore une adolescente qui se croit meilleure que tout le monde, jamais contente de rien! Bien sûr qu’elle est coupable de meurtre, comment pourrait-il en être autrement? » Et bien, je peux vous l’affirmer : le roman fera voler en éclat toutes vos certitudes!

Enfin, je terminerai sur le fond de ce roman : doté d’une écriture fluide, il se révèle également bien documenté ce qui lui confère une certaine crédibilité. Il faut dire que Malin Persson Giolito connaît parfaitement le domaine judiciaire car avant de devenir écrivain, elle a été avocate à la Cour de justice de l’Union Européenne puis juriste à la Commission Européenne.

En conclusion, Rien de plus grand a été une incroyable expérience de lecture. Bien documenté, crédible, doté d’une écriture fluide, un personnage principal fort, le roman possède également plusieurs niveaux de lecture. Il part ainsi d’un simple procès sur une fusillade dans un lycée huppé de la banlieue de Stockholm pour ensuite faire une critique acerbe de notre société occidentale et enfin terminer sur notre personnalité propre et notre propension à juger trop rapidement. Bref, Rien de plus grand est un coup de maître et je ne peux que vous inciter à venir vous remettre en question avec Maja!

PS : il semblerait que l’auteure soit présente aux Quais du polar 2018! Parfait, je penserai à bien prendre mon exemplaire!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s