#PLIB2020 : Les brumes de Cendrelune de Georgia Caldera

4DBEF142-83F3-4CC5-9D31-E16A3DD08EED

Quatrième de couverture : 

Dans le royaume de Cendrelune, les dieux épient les pensées des hommes, et leur Exécuteur, l’Ombre, veille à condamner tous ceux qui nourriraient des envies de rébellion. Or, il semble que certaines failles existent. A l’âge de 17 ans, Céphise ne vit en effet que pour se venger. Depuis qu’on l’a amputée d’une partie d’elle-même et privée de sa famille, elle ne rêve plus que d’une chose : s’affranchir de la tyrannie du tout-puissant Orion, Dieu parmi les dieux.
Et contre toute attente, il se pourrait qu’elle ne soit pas seule…

Editeur : J’ai Lu

Nombre de pages : 349 pages

Prix : 13,90€

Date de publication : 2 Octobre 2019

#PLIB2020
#ISBN9782290165614

Mon Avis : 

Je suis en retard cette année pour lire et chroniquer les cinq romans finalistes du PLIB 2020. Aussi, mes prochaines lectures et articles de mon blog y seront entièrement consacrés car j’ai jusqu’à mi-septembre pour le faire. Je vous avoue que je traîne un peu des pieds car outre Je suis Fille de rage de Jean-Laurent Del Socorro que j’ai adoré, les autres ne m’emballent pas du tout! Ma lecture du premier tome de des Brumes de Cendrelune ne s’est pas trop mal passée mais il ne correspond pas du tout à mes goûts littéraire.

Dans un monde dévasté, les Humains sont cruellement soumis à la coupe des Dieux. Gare à celui ou celle qui nourrirait de mauvaises pensées à leur égard car la justice implacable d’Orion risquerait de s’abattre sur lui ou elle le dimanche. Et c’est malheureusement ce qui est arrivé à la famille de Céphise : son père et sa mère ont été arrêtés par la terrifiante Ombre, main justicière d’Orion, alors qu’elle n’avait que treize ans. Son frère a été enrôlé de force dans l’armée des dieux et elle a subi un châtiment qui l’a marqué profondément dans sa chair faisant d’elle une Rapiécée : elle a été amputée d’un bras et d’une jambe remplacés par des prothèses en métal, fabriquées par le dieu Héphaïstos. Quatre ans plus tard, sa haine et son désir de vengeance sont intactes et il se pourrait bien qu’il y ait des grains de sable dans la machinerie pourtant bien huilée des Dieux. Des failles que Céphise va exploiter tout en découvrant qu’elle n’est pas la seule à vouloir mettre fin à la tyrannie d’Orion…

Un roman dystopique…

L’intrigue se déroule des années, voire des siècles après la chute de notre civilisation. Si ce premier tome d’introduction ne permet pas de complètement lever le voile sur les raisons de l’effondrement et de la venue des Dieux (on en saura probablement plus dans le ou les prochains tomes), il en donne toutefois quelques indices. La cause en serait la sur-exploitation des ressources naturelles de notre Terre par les Humains causant ainsi la destruction totale de la biosphère. Ainsi, la végétation et les animaux ont complètement disparu, il ne reste que quelques troncs d’arbres recouverts d’un métal argenté et dont l’un d’eux, un chêne, sert de supplice aux condamnés du dimanche : ils sont alors empalés sur ses branches.
Un dernier jardin subsiste tout de même dans ce monde dystopique mais seuls les Dieux et quelques humains issus de l’aristocratie y ont accès.

… Young Adult et Romance prévisible…

Il est vrai que je ne fais pas partie du lectorat-cible de ce roman (15-25 ans) et depuis vingt ans, je commence à avoir accumulé pas mal d’expérience en Littérature de l’Imaginaire. Aussi, je n’ai pas été surprise par l’intrigue et ses divers rebondissements découvrant en amont les quelques révélations censées surprendre le lecteur :
– Afin de maintenir les Humains sous sa coupe et éviter toute vélléité de rébellion, le dieu Orion procède chaque dimanche à une purge. La raison invoquée de ces arrestations et condamnations seraient que les personnes incriminées auraient eu de mauvaises pensées à l’encontre des dieux, pensées auxquelles le dieu aurait accès. Les Humains vivent alors dans la terreur et chaque semaine supplémentaire sonne comme un sursis. Ce passage m’a beaucoup fait penser à la nouvelle Minority report de Philip K. Dick mais je n’en dévoilerai pas plus pour ne pas spoiler le futur lecteur.
– J’avais également deviné l’origine du Dernier Jardin dans le palais des Dieux et le fameux « terreau » qui permet la pousse de fleurs, d’arbres et la réapparition d’animaux (comme le papillon).
– Enfin, le fameux triangle amoureux très présent dans le genre du Young Adult, se profile à l’horizon entre Céphise, son ami d’enfance Halfdan et le fils d’Orion, Verlaine. Et ce, malgré la chute de ce premier tome. Je pense que l’on en saura plus dans le prochain.

… mais pas inintéressant. 

Toutefois, bien que ce roman ne corresponde pas à mes goûts littéraires et ait été un peu prévisible pour moi, la lecture n’en a pas été désagréable. En effet, l’autrice a alterné les points de vue de ses personnages à chaque chapitre ce qui en fait un roman choral, genre que j’affectionne particulièrement. La lecture est ainsi beaucoup plus dynamique, ceci accentué en plus par le fait que l’écriture est fluide. L’univers est également bien construit et réfléchi et bien que ce tome soit une introduction, il n’en dévoile pas tous les mystères, d’autres révélations seront probablement au programme dans les prochains romans.
Enfin, je terminerai sur la psychologie des personnages principaux Céphise et Verlaine qui est bien développée (celle des personnages secondaires beaucoup moins, ce qui est dommage). Ainsi, l’autrice arrive à rendre compte à son lecteur de la relation complexe qui unit Céphise à Verlaine : la haine que cette dernière lui voue tout en étant déroutée par ses gestes d’empathie ou le mépris ressenti par le fils d’Orion à l’égard des Humains tout en admettant qu’il se sent attirée par la jeune fille. Au début, j’avais un peu peur que l’on tombe dans le cliché de la femme qui tombe amoureuse de son bourreau : à priori, ce n’est pas encore le cas mais je le sens venir dans les tomes suivants (J’espère me tromper!).

En conclusion, ma lecture de ce premier tome des Brumes de Cendrelune n’a pas été désagréable malgré les genres auquel il appartient (Young Adult et Romance) et pour lesquels je n’ai pas vraiment d’attirance. Toutefois, le lectorat-cible auquel il s’adresse pourrait en revanche apprécier : l’univers est suffisamment développé, possède son lot de révélations et de rebondissements (peut-être prévisibles en fonction du bagage littéraire de certains lecteurs), l’écriture est fluide et les personnages principaux bien développés. Malgré ses aspects positifs, cela ne sera malheureusement pas suffisamment pour que je m’intéresse à la suite mais si le genre vous plaît, foncez!

Merci aux éditions J’ai Lu pour avoir mis ce premier tome à disposition du Jury du PLIB 2020, en ebook.

Autres avis : 

Ombrebones

Plumes de lune

Participe au Challenge S4F3

4E0863A7-09B9-41AA-A6DE-DE254F44C5EB

4 réflexions sur “#PLIB2020 : Les brumes de Cendrelune de Georgia Caldera

  1. Merci pour le lien 🙂 comme toi ce n’était pas un roman qui correspondait à mes goûts toutefois il n’a finalement pas été pénible à lire, ce que je craignais. Les autres par contre à l’exception de mers mortes et je suis fille de rage, je n’ai pas su aller au bout 😅 j’espère que ce sera moins lourd pour toi !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s