Le sultan des nuages de Geoffrey A. Landis

index.jpg

Avertissement de la Bibliothèque d’Aelinel :

La quatrième de couverture de la novella en dévoile un peu trop à mon goût. Je vous conseille donc de ne pas la lire et de vous reporter directement à ma chronique.

Quatrième de couverture :

L’humanité a colonisé le système solaire au bénéfice de consortiums privés omnipotents régnant sur les transports spatiaux. Et ce jusqu’à la plus infernale des planètes, Vénus, dans l’atmosphère létale de laquelle flottent de stupéfiantes cités volantes, véritables miracles de technologie high tech. Plusieurs milliers d’entre elles sont sous la coupe d’un seul et même individu, Carlos Fernando Delacroix Ortega de la Jolla y Nordwald-Gruenbaum, le sultan des nuages, qui n’entrera en pleine possession de son héritage qu’une fois marié, et dont l’immense pouvoir attire toutes les convoitises.
Pour David Tinkerman et le Dr Léa Hamakawa, scientifiques récemment arrivés de Mars en vue d’une expertise, les forces souterraines à l’ouvre autour du jeune satrape vont vite s’avérer plus mortelles que Vénus elle-même.

Editeur : Le Bélial

Nombre de pages : 116

Prix : 8.90€ en format papier et 3.99€ en ebook

Mon Avis :

C’est à l’occasion d’un concours organisé par Xapur que j’ai découvert cette petite novella. Je n’ai malheureusement pas gagné mais son avis positif m’a largement convaincu d’investir !

Dans le futur, les Terriens auront développé la technologie nécessaire à la colonisation du système solaire. Vingt grandes familles se partagent l’exploitation des richesses et ont établi leur empire sur les planètes alentours. En ce qui concerne Vénus, c’est le futur héritier Carlos Fernando Delacroix Ortega de la Jolla y Nordwald-Gruenbaum (oui tout ça !) qui dirige au sein de la cité flottante d’Hypatie. Il n’a que douze ans mais se fait déjà appeler le Sultan des nuages. Lorsque la scientifique Léa Hamakawa , en mission sur Mars, est convoquée par le jeune garçon, elle possède une idée un peu vague de ses motivations. Elle propose alors à son collègue David Tinkerman de l’accompagner…

Dès le début de ma lecture, je n’ai pas pu m’empêcher de penser au roman Luna de Ian McDonald. En effet, il est aisé de faire quelques comparaisons (à quelques détails près bien entendu) que ce soit au travers du fonctionnement des cités que pour la suprématie ploutocratique des grandes familles. Mais cette impression de départ a été rapidement mise de côté tant je me suis retrouvée immergée dans l’univers propre et riche de l’auteur.
Au niveau technique, je ne saurai dire si le propos est crédible (notamment sur les caractéristiques de la planète Vénus ou sur la réaction des gaz comme l’oxygène et le dioxyde de carbone) mais étant donné qu’il travaille à la NASA, je pense que le lecteur peut lui faire confiance !
En revanche, j’ai adoré l’écriture et les quelques superbes envolées poétiques : je citerais ainsi la description de la cité d’Hypatie au moment où la navette de Léa et David s’apprête à atterrir. D’ailleurs, je tiens à signaler à quel point Aurélien Police a su capter l’essence même de la scène pour illustrer la première de couverture !
Enfin, le récit n’a eu qu’une centaine de pages aux chapitres très courts pour se développer mais il possède une très grande densité. Il possède suffisamment de rebondissements pour tenir le lecteur en haleine et le background a été réfléchi.

En conclusion, Le sultan des nuages a été un petit coup de cœur pour moi : bien écrit, poétique, dense, immersif, les qualités ne manquent donc pas. Inutile de vous préciser que j’en recommande largement la lecture.

Note 5/5♥

Autres avis : Apophis et Lecture 42

IMG_0981

Publicités

20 réflexions sur “Le sultan des nuages de Geoffrey A. Landis

  1. (merci pour le lien)

    Tu as fait vite, déjà lu et chroniqué, quelle célérité ! Totalement d’accord avec ton ressenti, y compris sur une comparaison partielle avec Luna et sur la force de la scène d’arrivée à Hypatie. M’intéressant de près à l’astronomie depuis une trentaine d’années, le roman m’a paru scientifiquement très solide, et de toute façon, comme tu le précises, vu le métier de l’auteur,il n’y a pas de souci à se faire.

    En tout cas, bravo et merci pour cette critique très enthousiaste !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci à toi, Apophis! C’est très encourageant ce que tu dis! Oui, pour l’astronomie, je n’ai pas vraiment les connaissances. Donc, je ne peux malheureusement pas juger le roman à ce niveau. Mais je suis contente que tu confirmes mes dires! Merci à toi aussi pour le lien!

      Aimé par 1 personne

  2. Ah! Vu ta chronique, je suis ravie d’avoir craqué dessus la semaine dernière ! Il est dans ma PAL et sera lu dans le courant du mois 😀 J’ai hâte maintenant ! Bon j’avais déjà lu le résumé du coup mais au moins ça m’a emballé totalement.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s