Gagner la Guerre (BD) de Frédéric Genêt et de Jean-Philippe Jaworski

264FDBBB-FC9C-481B-90A5-BCDD2D0A1817

Quatrième de couverture : 

« Gagner une guerre, c’est bien joli, mais quand il faut partager le butin entre les vainqueurs, et quand il s’agit de nobles pourris d’orgueil et d’ambition, on en vient à regretter les bonnes vieilles batailles rangées et les tueries codifiées selon l’art militaire.

Pour rafler la mise, c’est désormais au sein de la famille qu’on sort les couteaux.

Et il se trouve que les couteaux, justement, c’est plutôt mon rayon… »

Editeur : Le Lombard

Nombre de pages : 64

Prix : 14,45€

Date de publication : 25 Mai 2018

Mon Avis :

Comme vous devez le savoir tous (oui, enfin, j’ai dû le rabâcher un certain nombre de fois!), Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski est mon roman de fantasy français préféré. Bien que l’original fasse plus de mille pages, je n’hésite pas à insister lourdement  le conseiller aux amateurs du genre! Quelle ne fut pas mon immense joie lorsque j’ai appris son adaptation en bande dessinée! Si je me suis faite violence pour ne pas me jeter sur la version Noir & Blanc sortie, le mois dernier, je trépignais d’impatience pour la parution en couleur! Et hop! Aussitôt paru, assitôt lu!

Dans les bas-fonds de la cité de Ciudalia, une petite crapule du nom de Benvenuto Gesufal fait sa loi. Cabotin, dénué de scrupules mais aussi avisé et d’une intelligence fine, il sait se faire respecter. Ancien soldat dans les Phalanges de la République, il s’est mis au service de la guilde des assassins de la cité, les Chuchoteurs. Alors, quand son patron Don Mascarina lui propose un contrat visant un parfait inconnu, il n’hésite pas. Seule consigne? Il doit délaisser son arbalète au profit d’une dague. Mais, lorsque le soir arrive et que Benvenuto planifie son attaque, les choses ne se déroulent pas exactement comme il l’avait prévu…

Je vais débuter ma chronique en râlant et je préfère en parler tout de suite car certains d’entre vous (futurs lecteurs, je l’espère!) risquent d’être aussi surpris que je l’ai été. En effet,  lorsque j’ai commencé la bande dessinée, la première réflexion qui m’est venue à l’esprit, c’est : « Tiens, il me semblait que Gagner la guerre débutait par une bataille navale! Mais, en même temps, l’intrigue me dit quelque chose ». En réalité, ce tome est l’adaptation du préquel de Gagner la Guerre, la nouvelle Mauvaise donne parue dans Janua Vera. Rien de grave cependant car elle avait été l’une de mes préférées de ce recueil.
En revanche, ce qui me dérange, c’est la communication floue de l’éditeur autour de cette parution. En effet, le bandeau rouge sur la bande dessinée destinée à attirer l’oeil du lecteur affirme qu’il s’agit de l’adaptation de Gagner la guerre mais précise également au dos et en plus petit, le contraire. J’ai trouvé ce manque de transparence un peu gênant. Donc, pour avoir véritablement l’adaptation du roman éponyme, il vous faudra attendre le second tome intitulé Le Royaume de Ressine.

8A91507A-1177-4299-AB3C-605BB67B6D6F4FE93BD4-5ADC-4D74-9CF3-16CAC3846A13

Bref, faisant abstraction de ce petit bémol de départ, je peux vous affirmer que j’ai adoré cette bande dessinée! Dès que j’ai ouvert la première page, je suis tombée sur une magnifique carte du Vieux Royaume ainsi que sur le plan de la ville de Ciudalia. Selon moi, ils sont une nécessité car au fur et à mesure de mes lectures, l’univers imaginé par Jean-Philippe Jaworski se complexifie et se retrouver géographiquement facilite l’immersion.

D38A14A9-5577-4415-8B8D-F3BC496681B4

En ce qui concerne les dessins, j’avais deux attentes particulières : la première concerne la représentation de la ville de Ciudalia. Et je dois dire que je n’ai pas été déçue. Je l’imaginais bien dans le style de l’architecture de la Renaissance italienne façon Venise, Florence ou Sienne avec des rues étroites, tortueuses et sombres pour le quartier malfamé de la Via Mala, des palazzi de marbre et de colonnades pour les quartiers plus huppés de la ville haute ou des tours, des bâtiments à coupole et des places dégagées pour les places publiques! Un vrai régal.
Ma seconde attente était pour les deux personnages principaux : Benvenuto et surtout le podestat Ducatore, mon personnage préféré. Frédéric Genêt a mis l’accent sur les mimiques de Benvenuto et cela correspond bien à sa personnalité. Il m’a même fait penser au personnage de Kaamelott, le marchand peu scrupuleux du nom de Venec! En ce qui concerne Leonide Ducatore, c’est une excellente idée de ne pas montrer son visage immédiatement, cela crée de l’attente chez le lecteur tout en insufflant au personnage une aura de mystère. Pour ma part, je me le représentais sous les traits de l’acteur danois Mads Mikkelsen et je ne suis pas tombée si loin que cela! Machiavélique, intelligent, froid et maître de lui, le personnage est parfaitement bien représenté!

23E439BD-4A6D-4DEA-8F77-8EEFEE39AF70

Au niveau de l’histoire, deux intrigues différentes s’alternent :
– celle du passé montre Benvenuto dans l’armée des Phalanges de la République de Ciudalia. Il est chargé d’escorter Leonide Ducatore dans le Duché de Bromael afin de recouvrer la dette de la ville de Kaellsbruck.
– celle au présent, montre la nouvelle vie de Benvenuto Gesufal en tant qu’assassin de la Guilde des Chuchoteurs et sa rencontre avec Ducatore, devenu depuis lors podestat.
Ces deux intrigues qui s’entrecroisent, outre le fait qu’elles apportent un certain dynamisme à la lecture, permettent aussi d’introduire la relation complexe qui s’instaure entre les deux hommes et qui sera au coeur de Gagner la guerre.

En conclusion, l’adaptation de la nouvelle « Mauvaise donne », préquel au roman Gagner la Guerre, est un gros coup de coeur! Cette introduction présente non seulement un univers graphique très réussi (la cité de Ciudalia) mais rend véritablement hommage à l’oeuvre d’origine par la qualité de son scénario et la complexité des personnages. Vivement le prochain tome!

Publicités

20 réflexions sur “Gagner la Guerre (BD) de Frédéric Genêt et de Jean-Philippe Jaworski

  1. J’aime beaucoup GlG moi aussi. Et j’étais persuadé que c’était l’adaptation du début, c’est en effet trompeur de la part de l’éditeur.
    Par contre, je ne voyais pas Benvenuto comme ça !

    Aimé par 1 personne

  2. Je viens de l’acheter et en lisant ta critique je me dis que j’ai bien fait ! 🙂 (je croyais aussi que c’était le début de Gagner la guerre, c’est vrai que la communication aurait pu être plus précise)

    Aimé par 2 personnes

    1. Rhôôôô! Pendant l’été, il n’y a pas moyen de le caser? Bon après, c’est pareil pour moi, j’ai un peu délaissé Les pirates de l’escroc-griffe qui est un peu lourd à transporter dans mon sac dans les transports en commun. Mais, je ne désespère pas de le finir pendant l’été! 😉

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s